Commande 3 : Play The Game Kartell for Kids

Play The Game Kartell for Kids

Description du musée

Photo de l’Adam museum

L’Adam museum est un musée se situe à 100 mètres de l’Atomium. Ce musée propose autant un regard novateur sur le design plastique des années 50′ jusqu’à nos jours que sur les autres formes de design époques et matières confondues. L’objectif principal du musée est qu’à travers ses expositions, ateliers et conférences, l’Adam museum veut rendre le design contemporain intelligible pour tout le monde.

On pourrait croire le musée est entouré de concurrents. En effet, dans les environs,  il y a l’Atomium, le Mini-Europe, le Kinépolis et les différents palais qui proposent un grand nombre d’exposition. Malgré ça et après discussion avec un membre du personnel du musée, l’Adam museum n’a pas de concurrent pour deux raisons. La première est qu’il est le musée « sœur » de l’Atomium, et du Mini-Europe. Ensuite, toujours d’après le personnel du musée, l’Adam museum est le seul musée de design de Bruxelles. De ce fait, le musée n’a pas de réel concurrent.

Présentation générale de l’exposition

Entrée de l’exposition

L’exposition temporaire Play The Game Kartell for Kids raconte l’histoire de la division Kartell depuis 1950 à nos jours, à travers des dessins et des modèles provenant des archives du Kartell museo, le musée Kartell qui se trouve en Italie. Le public est alors plongé dans une exposition interactive créée pour à la fois, les enfants et les adultes. L’exposition est divisée en trois sections : touch, move et look. En effet, les enfants reçoivent un petit carnet dans lequel ils pouvaient y retrouvez un parcours prédéfini et devant chaque étape du parcours, ils avaient des petites questions. Par exemple avec TOUCH, les enfants doivent toucher des granulés de plastique et décrivent dans le carnet ce qu’ils ressentent en les touchant.

Cette exposition s’adresse particulièrement aux enfants. En effet, l’expo Play The Game Kartell for Kids dans son nom, montre bien que c’est pour des enfants. Durant la visite, nous voyions bien que ce sont les enfants qui étaient les plus intéressés. Ensuite, nous distinguons deux publics relais : les parents et les professeurs. Effectivement, les enfants, en général, ne peuvent se présenter tout seul à un musée et sont donc souvent accompagnés de leurs parents ou professeur.

Pourquoi avoir choisi cet endroit ?

Nous avons choisi cette exposition car quand nous étions enfants, nous jouions avec des jouets sans réellement comprendre les étapes de leur conception. Sans mentir, nous ne nous sommes jamais intéressés à cela. C’est la raison principale du choix de cette exposition. De plus, aujourd’hui, nous sommes fans de jeux-vidéos et après toutes ces années sans avoir joué avec des jouets, nous avions envie de retourner en enfance. Sans oublier, qu’actuellement, les enfants de nos jours sont de plus en plus sur des tablettes qu’en train de jouer avec des jouets. Cette exposition est intéressante pour faire découvrir aux enfants des nos jours d’autres manières de s’amuser.

Description de l’activité

Play The Game Kartell for Kids est une exposition qui fait découvrir à son public les différents objets Kartell tout en s’amusant. Comme dit précédemment, la visite est à la fois conçue pour les adultes, principalement les parents, et leurs enfants. Lors de la visite, les murs de l’exposition sont colorés et sont divisés en deux horizontalement. La partie du dessus est destinée aux parents et celles du dessous est destinée aux enfants. Le parcours de la visite de ceux-ci est tracé dans le carnet qu’ils reçoivent à l’entrée. Le déroulement de l’exposition pour les enfants est coupé en trois catégories : TOUCH, MOVE et LOOK.

Tout d’abord dans la partie TOUCH, les enfants touchent des granulés de plastiques Kartell. Ensuite, les enfants peuvent s’assoir sur des chaises Kartell et enfin, tester des meubles scolaires. Toujours avec leur carnet en main, les enfants répondent à des questions et peuvent laisser parler leur créativité de designer en dessinant eux-mêmes leur chaise idéale.

Pour la partie MOVE, les petits sont dans une petite cuisine composée que d’objets Kartell où ils s’amusent à jouer à « papa et maman ».

Raphaël et Hicham dans la partie MOVE

Dans la partie LOOK, les enfants regardent dans des petites boîtes dans lesquels il y a une lampe Kartell  en plastique transparente. Lorsque que la lumière traverse les parois en plastique de la lampe, on peut y avoir sur la surface éclairée l’image d’un objet.

Les parents suivent le même parcours que les enfants mais d’une autre manière. En effet, ceux-ci suivaient leurs enfants mais avaient pouvait accéder à la partie « adulte » pendant que les petits sont en train de tester les objets Kartell. Dans celle-ci, les parents pouvaient voir plusieurs vidéos et textes explicatifs ou descriptifs par rapport aux objets Kartell que leurs enfants testent. Cette idée est intéressante car elle permet aux parents d’être le « guide » des petits. Voici un exemple de vidéo que les enfants, comme les adultes peuvent voir.

Rapport avec le digital

Les descriptions des différents objets Kartell sont complétées avec différents dispositifs multimédias. Les enfants et les parents, durant leur visite, pouvaient voir des vidéos descriptives expliquant les différentes étapes de la création des objets Kartell ou voir comment les enfants des années 50’ s’amusaient avec ces objets. Sur les murs, il y avait plein de photos qui illustraient le contenu textuel de la visite.

Notre avis

Nous un avis mitigé de cette exposition.

D’abord, « revivre » cette partie de notre enfance a provoqué en nous un sentiment de nostalgie et d’apaisement.  En effet, nous avions oublié cette manière de jouer car aujourd’hui, nos principales sources d’amusement, sont les jeux-vidéos ou les soirées entre amis.  Nous regrettons que les enfants de nos jours jouent de moins en moins avec des jouets et préfèrent utiliser des tablettes ou autres supports électroniques.

Ensuite, ce qui est particulièrement dommage et ce que nous reprochons à l’exposition, c’est qu’elle manque cruellement d’interactivités et qu’elle est pauvre technologiquement parlant . Mise à part quelques vidéos,  il n’y avait pas d’autre contenu lié au digital.

Pourtant, en termes d’expérience utilisateur, on peut imaginer d’autres alternatives aux vidéos. Nous pensons qu’un système de montre pour enfants avec laquelle ils pourraient participer à des jeux tout en apprenant ou  interagir avec les différents les objets Kartell se trouvant dans la salle, seraient des idées judicieuses.  De telle sorte à ce qu’il y ait un équilibre entre les technologies et l’environnement extérieur.

Enjeux éthiques et déontologiques

Nous ne rencontrons pas d’enjeux éthiques et déontologiques à proprement parler. Cependant, la création d’objets Kartell, qui sont en plastiques, est néfaste pour l’environnement.  Dans l’exposition, malheureusement, nous n’avons pas vu d’informations concernant l’impact écologique que pouvait avoir la création de plastique ou bien même, les efforts que fait Kartell dans la création de nouveaux objets qui produisent moins d’effet de serre. Selon nous, l’éducation à l’écologie devrait se faire dès le plus jeune âge.

Lien avec les cours

Ici, nous faisons le lien avec le cours de scénarisation interactive. En effet, le musée propose un parcours de visite intéressant. Proposer une visite et le même parcours, destinés à la fois aux parents et aux enfants, est une idée judicieuse. On pourrait s’en inspirer pour la réalisation de notre projet.

Lien avec une autre visite

Nous faisons le lien avec la visite au Living Tomorrow. Celle-ci, avec l’exposition Play The Game Kartell for Kids, nous a fait voyager dans le temps. La première nous projette dans le futur tandis que l’autre nous ramène dans le passé.  Ces voyages fut très enrichissant.

Croibien Raphaël et Benyahya Hicham

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *