Commande 4

Matthieu Decoene et Charlotte Orban

Living tomorrow

établissement vu de face

Une maison avec la technologie de demain au centre de l’évolution ? Living Tomorrow est cette maison. Mais elle ne s’arrête pas là, elle pense aux innovations, au progrès de la société. Avec les Smarts cities, et tous les avantages que la technologie peut lui apporter. Car oui, tout est regroupé au sein de ce bâtiment.

Les milieux d’exploration sont bien plus grands que ce qu’on s’imagine quand on se retrouve face à cette résidence. On retrouve ces innovations dans les payements, le sport, la robotique, les soins de santés, l’agriculture, Horeca et le commerce. C’est également un lieu d’échange avec des réunions, des événements, des conférences ou encore des expositions.

Un lieu pour qui ?

Ce lieu vise plusieurs publics, nous avons les entreprises avec trois visites professionnelles, les écoles et les particuliers.

Pour les entreprise, Living Tomorrow propose de découvrir l’innovation ainsi que des ateliers pour permettre aux entreprises de prendre leur envol ainsi que des visites pour donner de l’inspiration.

Pour les groupe scolaires et particuliers, La boîte pense différemment, en considérant les étudiant comme les acteurs de demain, elle souhaite les inspirées par le biais de produits, services et technologie.

Notre atelier

À notre arrivé, on nous a conduit dans la salle de conférence. Une introduction sur la création de la maison et sur l’avancée technologique est mise en place à ce moment-là.  Vient donc la présentation brève des différents points de la maison.

Ensuite, après la salle de conférence, la visite commence enfin. Nous visitions la livraison du future, la cuisine, la chambre, la salle de bain, le réseaux électrique et l’agriculture intelligente. Le tout toujours dans une pratique innovante.

Mais ce qui nous intéresse plus particulièrement, ce fut la vision « Future of Horeca »

vu sur le plan de travail par Charlotte Orban (20/12/18)

Différents modules nous ont été présenté, tel que la cuisine intelligente anti griffe qui limite les bactéries sur le plan de travail. Il y est intégré aussi des LEDs qui permet de faire post-it. Les bols de bambou sont aussi à l’honneur, mais malgré sa particularité d’être une fibre écologique, laver les fibres de bambou demande des produits chimiques.

Puis, vient la présentation de la puce en amidon présent sur les aliments qui permet un meilleur contrôle dans son frigo (scan du frigo intelligent avec proposition de recette). Le frigo peut aussi commander les aliments à distance et la la puce rentre encore en jeu au niveau de la chaîne de magasin

Vient une question déontologique, Ce module permet de rester chez soi et de ne plus en sortir est-ce vraiment une bonne solution ?

Pour clôturer la pièce, on nous a présenté l’enceinte intelligente Alexia, qui à ce jour exécute les ordres demandés et sait reconnaître les accents.

Une autre question de déontologie nous vient : « N’est-ce pas dangereux d’avoir cette écoute constante en sachant qu’on ne sait pas qui nous écoute derrière ? ». Ou encore cette remise en question de l’école par l’accès à l’information avec énormément de facilité.

Le danger sous roche

Le danger de l’innovation technologique est présent malgré les sécurités que nous pouvons mettre en place. Plus nous contacterons toutes nos données sur des serveurs, plus les cambrioleurs se spécialisent dans le domaine du digital.

Et même si nous sommes en sécurité nous ne sommes jamais à l’abris de maladresse tel qu’il a déjà été prouvé avec l’enceinte intelligente Alexia qui achetait ou commandait des choses par le biais de la parole de la télévision qui restait allumé à côté.

Mais revenons à nos moutons, nous avons relevé 2 points intéressant juste au-dessus, un concernant le frigo, l’autre l’enceinte.

En ce qui concerne le frigo, il est intéressant de se pencher sur la question de la livraison à domicile qui se facilitera avec le futur. Les dangers voudraient que ce soit de ne plus jamais sortir de chez soi, mais si c’est ne là que le seul danger il y a beaucoup plus de point positif que de point négatif.

En effet, la livraison à domicile existe déjà et ce n’est pas pour ça qu’on s’enferme chez nous. De deux, pour les personnes âgées qui ne savent pas faire les courses c’est une aide précieuse ! Et de trois, pour certaines personnes cela veut dire gagner du temps et peut-être passer plus de temps avec sa famille.

Lien avec le digital

Living tomorrow – Belexpo, des expositions pas si loin l’une de l’autre. L’interactivité de Belexpo faisait pleinement partie de l’exposition ça ne l’étant pas à Living tomorrow, mais plus une manière de la présenter.

En partant du point de vue de living tomorrow, une entité déjà très bien orientée sur le digital d’aujourd’hui et de demain. Nous retrouvons une certaine intention chez Belexpo de vouloir en être également.

Nous avons pu découvrir comme salle d’entrée, une pièce ronde qui était illuminé par des projecteurs sur chaque mur pour faire vivre les différents environnements de Bruxelles.

Lors du parcours de l’utilisateur, muni de notre bracelet/montre connecté permettant de voir notre évolution au sein de l’exposition, nous nous retrouvions souvent face à des écrans tactiles interactifs.

Vis-à-vis de notre groupe de vision « Future of Horeca », le secteur marchand des deux expositions sont un peu en opposition. D’une part on retrouve un frigo super-connecté à la cuisine qui va commander des nouveaux produits à un supermarché. Et de l’autre, nous avons eu une présentation qui nous incite plus à revenir sur des produits équitables et solidaires avec une justice socio-économique.

Touchant de près ou de loin l’Horeca, nous pouvons également émettre un lien sur l’expérience « alimentaire ». À Living tomorrow, nous avons découvert une culture de production d’algue pour contre la surpopulation. Mais avant d’en arriver là, nous pourrions commencer par façonner notre propre approvisionnement. Et c’est ce que nous propose la seconde exposition.

La partie « Alimentation » de l’exposition nous invite à faire pousser des légumes et donc construire notre potager. Tout ça de manière facultative grâce aux écrans interactifs. Etant donné que Belexpo est adapté pour les enfants de 10 à 14 ans, le niveau technologique n’est pas trop poussé, mais suffisant pour rendre l’expérience ludique et amusante.

Les technologies embarquées

En ce qui concerne les technologies embarquées, il y en a énormément. Un drone secouriste ? Un drone agriculteur ? Sur réaliste, mais vrai ! Mais pas seulement, nous avons vu à Living Tomorrow une cuisine intelligente. Un miroir intelligentes qui vous analyse tel un docteur. Alexa une enceinte puissante et un assistant vocal. Des lampadaires à détecteur de mouvement.

Mais encore !

Nous aurions aimé en voir plus, car limité par l’heure, il y avait encore beaucoup à voir. Aussi non aucune remarque négative par rapport à l’exposition.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *