Gaming Out, la plateforme jeu vidéo du Quai 10

Romain Bouchouaf & Bruno Medina

Quai 10 et ses plateformes

Le quai 10 est un établissement, crée en janvier 2017, qui se trouve dans le centre de Charleroi et qui propose trois activités ainsi qu’une brasserie. Ces trois activités sont : le cinéma, le gaming, et des formations pédagogiques sur le cinéma. Le but de ce jeune établissement est de rassembler « une démarche culturelle forte » et pouvoir rendre ces activités accessibles à tout le monde.

Dans le cadre de notre sortie, nous avons choisis d’aller à la plateforme gaming ou plus communément appelé Gaming Out. Arriver une fois à la gare de Charleroi Sud, nous ne mettons pas plus de 6 min à arriver au Quai 10. En descendant au sous-sol de celui-ci, nous arrivons dans un petit salon dans lequel se trouve des écrans, des coussins et des manettes.  Le fondateur du lieu nous accueille et nous explique qu’en vue de l’armistice, le salon avait pour thème « la guerre ». De ce fait, les jeux proposés traitaient tous de la guerre mais chacun de manière différente, on pouvait aussi observer des projections, dans deux salles annexes au salon, qui diffusaient des vidéos de la première guerre mondiale.

Le salon de Gaming Out très cosy

Nous n’avons pas vu réellement de concurrence par rapport au lieu de sortie, à part peut-être des Gaming Center à Charleroi où ils proposent une approche beaucoup plus commerciale que de faire découvrir des thématiques par le jeu vidéo. Il faut aussi savoir que Gaming Out est gratuit et ouvert à tout le monde.

Si nous avons choisis cet endroit, c’est parce qu’il est accessible tous les jours, mais aussi car nous trouvions le fait intéressant de pouvoir sensibiliser et de communiquer par le jeu vidéo, qui fait aujourd’hui partie intégrante de la pop culture et qui démontre justement que ce n’est ne pas qu’un objet de divertissement, qu’il peut avoir une portée influente.

Au niveau du public cible, nous avons surtout identifié sur place qu’il y avait beaucoup d’enfant, souvent des groupes (scouts surtout) et accompagner évidemment de tuteurs. Mais le lieu se veut surtout ouvert à tous !

Le gaming de Gaming Out

Chaque poste disposait d’un casque pour             garantir un calme complet dans le salon

Evidemment l’activité du Gaming Out est de tester les jeux proposés ! Et comme dit, ci-dessus, ce début de mois de Novembre était consacré à la thématique de la guerre. De ce fait, nous avons pu jouer à des jeux de survie comme This War Of Mine qui nous met à la place de civils en temps de guerre qui essaie à tout prix de survivre dans un lieu cloisonné. On a pu aussi effleurer le jeu Paper Please qui cette fois ci nous met à la place d’un douanier dans un monde dystopique à la 1984 de George Orwell. Et il y avait quelques autres Serious Games qui traitaient par exemple du djihadisme. L’espace proposé se voulait chaleureuse, il y avait beaucoup de coussins, de bancs pour s’asseoir à plusieurs, on voyait que leur intention était de faire du salon un lieu de partage et d’expérience. Ce qu’on retient de cette activité, c’est que le jeu vidéo est plus que du divertissement et qu’il peut transmettre un message fort et nous apprendre toutes sortes de choses. Ça nous a aussi évoqué que la communication par des jeux vidéo pouvait être bien plus large et impactante que ce qu’on ne le pensait.

Le lien de notre activité avec le digital est plutôt évident, mais mis à part la plateforme vidéo ludique, on pouvait visiter deux salles, comme dit en début d’article, qui passait des vidéos sur la première guerre mondiale. Le dispositif était assez simple car c’était seulement des images projetées par des projecteurs. Mais la subtilité était qu’il y en avait plusieurs et que ceux-ci superposaient les images projetées. Cela donnait une image chaotique, précipitées et effrayantes de la guerre. De plus elles étaient agrémentées avec des sons stridents et lourds, ce qui offrait une réelle immersion.

Les projections superposées offrait un jolie spectacle

Pour ce qui est de leur éthique, les fondateurs de Gaming out nous ont expliqué qu’ils voulaient vraiment offrir une expérience différente de ce qu’on a l’habitude de voir. Dans leur salon il privilégiait les jeux indépendants pour montrer que le jeu vidéo ne se résume pas qu’à un cas commercial et qu’il peut démontrer une certaine sensibilité et profondeur qui peut se rapprocher d’une perspective artistique ou de sensibilisation. En plus, ils donnent l’accès à un média/divertissement auxquelles tout le monde ne peut pas nécessairement se permettre d’avoir chez soi. Ils donnent de ce fait l’accent sur la découverte et l’accessibilité.

Et nous, qu’en pensons nous ?

Cette plateforme de Gaming nous a remémoré un cours de communication transmédia au début de l’année. On nous avait montré un Serious Game fait par la RTBF « l’homme au harpon » (Le jeu nous met à la place d’une personne qui vient de sortir de prison et qui essaie de se réinsérer dans la société). Cette idée de la RTBF montre bien que la communication par le jeu vidéo, encore une fois, est pertinente et qu’en plus de divertir, il nous sensibilise et permet de nous confronter à différentes réalités qui en temps normal ne nous toucheraient pas.

Gaming out est très différente de Belexpo et de la majorité des visites durant l’années. Une des visites qui se rapproche le plus, selon nous, serait l’expo au Bozar en début d’année, car le jeu vidéo peut avoir une approche artistique et peut passer un message subjectif à chacun de nous. Pour ce qui est de Belexpo, là où il imagine le futur, Gaming out, ce novembre, imagine une retranscription de la vie d’aujourd’hui et du passé. Dans ce salon, ce n’est pas améliorer le quotidien c’est le comprendre, le vivre pendant un instant. Finalement, même si elles sont différentes, ces deux visites sont très intéressantes car elles sont, d’une certaine manière, complémentaires. C’est-à-dire que l’amélioration de notre futur ne vient pas sans empathie, sans se mettre à la place de quelqu’un. Expérimenter d’autres visons c’est agrandir sa vue panoramique sur le monde de demain.

Source:
  • http://www.wallonie.be/fr/actualites/quai-10-le-nouvel-espace-urbain-de-charleroi
  • https://www.charleroi.be/content/le-centenaire-larmistice-au-quai-10

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *