Comment le public perçoit-il la voiture autonome?

Selon une étude de l’institut Vias pour la sécurité routière, 42% des belges estiment que le plus gros défaut de la voiture autonome c’est le manque de liberté. En effet ceux-ci estiment que la voiture entièrement autonome les priverait d’un certain contrôle sur leur véhicule et leurs déplacements.

Selon cette même étude 29% des personnes interrogées estiment que le plus gros avantage des véhicules autonomes c’est la diminution du risque d’accident contre 20% qui estiment que le fait de conduire de manière plus détendue est un avantage majeur. Cette étude montre aussi que les jeunes sont moins dérangés à l’idée de se laisser conduire par un véhicule autonome que les personnes de plus de 55ans.

Lors du salon de l’auto 2019, 43% des personnes interrogées n’ont pas confiance dans la sécurité des voitures autonomes. Notons que ces chiffres sont en diminution, en effet en 2017 ce sont 69% des personnes interrogées qui n’avaient pas confiance dans la sécurité de la voiture autonome.

Selon une autre étude, aujourd’hui ce sont 29% des belges interrogés qui croient que la fonction de conduite autonome rend un véhicule plus attractif. Plus ou moins 50% de ce même panel indique vouloir utiliser la conduite autonome principalement pour trouver une place et se garer. Et 44% du panel interrogé pensent que la conduite autonome est utile dans les embouteillages. Et seulement 11% du panel utiliserait un véhicule autonome pour déposer leurs enfants à l’école.

En conclusion, En Belgique, les avis sur la voiture autonome restent très mitigés, peu de gens lui font confiance aujourd’hui mes la tendance semble s’inverser en effet en 2019 c’est moins de la moitié des personnes interrogés qui n’ont pas confiance en ces véhicules alors qu’en 2018 c’était encore 50% des belges interrogés qui n’avaient pas confiance. Aussi il est à noter que le public favorable à ces véhicules est majoritairement en dessous de 55 ans.

Dans le reste du monde :

En Europe les chiffres sont, de manière générale, semblables à la Belgique. Par exemple en France c’est encore 51% des gens interrogés ne sont pas convaincus par la voiture autonome mais trouvent l’idée intéressante contre 50% pour l’Allemagne et 57% pour le Royaume-Uni et 43% en Belgique. En Europe Très peu de personnes sont prêtes à acheter un tel véhicule. (Environ 20%)

En Asie le public est largement plus favorable à l’idée de posséder un véhicule autonome, en Inde et en chine c’est plus de 45 % des personnes interrogées qui sont prêtes à acheter un véhicule autonome et seulement 5% qui sont contre et n’en achèteront jamais. Le Japon fait exception avec des chiffres similaires à ceux de l’Europe.

En Amérique le public est plus mitigé mais trouve l’idée intéressante. (Autour des 55% des personnes interrogées pensent ainsi) Au Canada et aux Etats-Unis 24% des personnes n’ont pas confiance en ces véhicules et n’en achèteront jamais et seulement, en moyenne, 20% des personnes interrogées veulent en acheter un.

L’Afrique du sud semble aussi être relativement favorable à la voiture autonome. 34% des sud-africains interrogés se disent prêt à en acheter une, 57% sont mitigés et 9% déclarent qu’ils n’en achèteront jamais

En conclusion, le public le plus intéressé semble être l’Asie avec une nette intention d’acheter ce genre de véhicule et très peu de monde déclare ne jamais vouloir en acheter. En Europe et en Amérique les chiffres sont très semblables.

 

Tashi Baibout

 

Suite du dossier : http://plateformecollaborative.emu.isfsc.be/2019/03/24/qui-sont-les-detracteurs-de-la-voiture-autonome/#more-1543

 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *