Avantages et inconvénients

Amazon Go amène les acteurs du marché à se remettre en question à plusieurs niveaux. Il convient de citer les différents avantages qu’il semble promettre, et s’il y’en a, d’en tirer les aspects négatifs ou les promesses non tenues.

Le première grande apport est sans doute celui de la file. En effet, un des gros avantages des magasins Amazon Go, c’est que comme il n’y a plus de caisse, il n’y a plus non plus de file à la caisse. Les clients peuvent sortir sans se tracasser de devoir attendre une demie heure pour passer devant le caissier.

Ajoutez à cela le fait qu’il y ait peu de monde dans le magasin (nécessaire quoi qu’il arrive pour l’algorithme.), on semble nager dans une utopie où on peut faire nos courses rapidement dans un calme luxueux.

Il n’en est rien. Si c’est deux points permettent une vitesse d’achat assez rapide, cela ne fonctionne qu’à partir du moment où nous sommes dans le magasin même. En effet, il est nécessaire d’avoir une limitation du nombre de personnes qui peuvent rentrer, ce qui provoque des files à l’entrée. Celles-ci peuvent être conséquentes, bien que ce puisse être un effet temporaire de l’engouement de cette nouvelle forme de magasin.

Une file d'attente devant un magasin de Seattle. (Steve Ringman / The Seattle Times)

Un autre point positif est sans doute la facilitation du paiement. En effet, il suffit de sortir. C’est automatiquement facturé. Mais une fois encore, un point négatif : si on n’a que du liquide, ou qu’on a pas de carte à débit, pas de payement en cash possible et donc pas d’entrée chez Amazon Go …

Le problème est d’ailleurs au centre des préoccupations d’un certain nombre de personnes. Certains états annoncent même qu’ils refuseront ce genre de magasin sur leur territoire, puisque il s’agit selon eux d’une discrimination envers la part moins aisée de la population, qui n’a pas de carte bancaire et paye par conséquent en cash.

Amazon promet des produits de qualité, locaux et bio. On peut facilement lui trouver le côté négatif d’être plus cher en général que les autres grandes surfaces. On ne peut s’empêcher de se demander si ce n’est pas aussi pour rentabiliser les investissements économiques dans la technologie.

Capture d'écran de l'application Amazon Go.

Notons aussi qu’Amazon Go permet d’acheter ce qu’on veut sans peur du jugement de quelqu’un à la caisse. Cependant, cela signifie que si cela va en satisfaisant les personnes qui ne voulaient pas de ce contact humain et le jugement qui en découle, il faut aussi ne pas oublier les personnes qui au contraire, estiment qu’il s’agit d’une perte en terme de contact humain, et qui profitaient de ce caissier ou cette caissière pour garder une certaine forme de contact.

En prenant un autre angle d’approche, et sur base des propos d’Amedeo Courcelles, il y a également un gain de temps situé côté employés cette fois-ci, et qui facilitent le boulot du manager puisqu’il peut se reposer sur l’algorithme sans passer derrière pour vérifier son travail.
Ses propos sont recueillis ci-dessous :

En plus de ces côtés négatifs aux avantages, il y a également de réels désavantages supplémentaires.

On vous parlait à l’instant de la facilitation de la gestion des employés.

Derrière cela, il faut aussi se dire que si c’est facilité, c’est aussi parce qu’il y’a moins d’employés et donc d’emplois. Et s’il est difficile de dire comment Amazon Go impactera le marché de l’emploi, il est indéniable qu’il provoquera du changement dans le secteur des supermarchés. Car s’il n’y a plus de caisse, il n’y a tout simplement plus de caissiers.

Cependant, comme de tout temps, la perte d’un emploi quelque part ne signifie pas forcément une perte dans la globalité – cela créera certainement un accroissement dans la demande d’employés dans d’autres secteurs, comme la construction ou l’entretien des machines, des capteurs, des caméras …

Et là, c’est le drame. Si le concept de magasin d’Amazon Go permet des économies en terme de personnel, il provoque en revanche une hausse de la consommation d’énergie et une pollution accrue. De fait, si la recherche du local et du bio sont positifs côté pollution, cela n’enlève en rien le fait que la technologie des magasins a une énorme empreinte énergétique et écologique.

D’une part, l’installation consomme énormément d’électricité. En effet, les technologies, capteurs et caméras des magasins équipés ne viennent pas sans le contrecoup énergétique et la pollution qui en résulte.

D’autre part, Amazon a une fâcheuse tendance à gaspiller.

Ils suremballent leurs produits dans leurs magasins afin de permettre une bonne distinction entre les produits (pour l’algorithme notamment, mais aussi pour les clients) et pour donner une certaine idée de luxe.

Rajoutez à cela qu’Amazon a en général une politique très stricte concernant leur stock et son renouvellement. Non seulement, ils prennent souvent trop pour avoir toujours assez, et d’autre part, si le produit ne part pas, il est souvent jeté. Il n’est pas impossible donc qu’ils aient le même genre de politique dans leurs magasins Amazon Go. Comme il s’agit en plus de ça d’aliments qui sont donc périssables, on peut concevoir qu’afin de garantir la fraîcheur de leurs aliments, ils jettent régulièrement les invendus, ceux-ci n’étant plus assez frais.

Enfin, on ne peut pas parler d’Amazon, sans mentionner la question de la confidentialité et vie privée. Car s’ils sont très fermés par rapport à leurs chiffres (notamment sur leurs dépenses) et sur les données qu’ils récoltent, on sait en revanche qu’ils utilisent la reconnaissance faciale (et visuelle pour être plus général), qui lie une silhouette, visage, etc à un profil, donc à un nom, et donc à notre identité… De plus, ils peuvent enregistrer tout le comportement durant l’achat, les hésitations, les articles observés et ainsi de suite. Inutile de dire que ces données ont une énorme valeur marchande, ce qui forcément élève notre suspicion quand à la confidentialité de celles-ci.

Par ailleurs, si la technologie semble innovante et révolutionnaire, elle ne vient pas sans des soucis ou des incertitudes … En effet, la technologie Just Walk Out a ses limites à bien des égards.
Dans plusieurs cas, l’algorithme semble ne pas très bien comprendre ce qui se passe.

Si le client donne un produit qu’il a pris en rayon à un autre client

Si l’algorithme est à priori capable de le voir, il n’est pas impossible qu’il y ai des soucis quant à la fiabilité de cette analyse.
Que ce soit en réponse à des soucis de ce genre ou non, sachez tout de même qu’Amazon Go ne permet pas pour le moment de donner un produit à un autre client.

Si le client pose son sac et ressort sans rien

Une fois de plus, l’algorithme semble capable, selon Amazon, de comprendre notre geste et d’ainsi ne pas nous compter quoi que ce soit. Dans les faits, il arrive régulièrement que l’algorithme se trompe…

Les enfants

Qui n’a jamais vu d’enfant prendre un objet et le rajouter dans le caddie de ses parents ? Voire pire … Prendre un objet en catimini et espérer passer à la caisse sans que ce soit remarqué.
Amazon a une politique bien précise pour éviter ce genre de soucis. Chaque enfant doit passer le portail et scanner le code de notre application, pour ainsi être directement relié à notre compte. Ainsi tout ce qui sera pris par les enfants nous sera comptabilisé.

Un produit non détecté
D’après certains articles (dont  celui-ci), il arrive que certains produits soient malgré tout non détectés par le système, et ne soient, par conséquent, pas facturés à la personne. Cependant, Amazon estime que le problème n’arrive pas assez souvent que pour qu’ils s’en inquiètent. Preuve en est, ils n’ont pas développé de système pour reporter ce genre d’erreur, et n’envisage à priori pas de le faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *