Lime

©Lime Press

Frédéric Godeaux
Arthur Soyez
Nina Dherte
Eloïne Philippe


Creative lab 2
Objet connecté
EMU 2
2018 – 2019

©Lime Press

Lime, cette jeune start-up de location de véhicules en flotte libre a été lancée en Janvier 2017 par Toby Sun avec le projet “LimeBike” en Californie. Elle pèse aujourd’hui près de 2,4 milliards de dollars. En janvier 2018, les trottinettes électriques apparaissent aux Etats-Unis et ce n’est qu’en novembre 2018 qu’elles arrivent dans les rues de Bruxelles.

Le fonctionnement de l’application est simple : l’utilisateur, grâce à elle, est libre de louer à la minute des trottinettes pour faciliter ses déplacements sur de courtes distances. Après être arrivé à destination, il peut “abandonner” son moyen de transport, sans se préoccuper du lieu de dépôt ou du niveau de batterie de ce dernier. En effet, Lime a choisi d’intégrer les citoyens dans l’écosystème de l’entreprise. Ce sont eux qui vont, une fois la nuit tombée et la batterie à plat, recharger les trottinettes en libre service et les replacer au petit matin pour quelques euros. Ce sont eux que l’on appelle les Juicers.

Les trottinettes Lime sont-elles, finalement, de vrais objets intelligents ? L’intelligence artificielle est un ensemble de techniques mises en place pour tenter de permettre aux machines d’imiter le plus possible les comportements et réflexions de toute forme d’intelligence réelle. Dans notre cas, le terme “IA” va être utilisé pour la capacité qu’ont les trottinettes et les bases de données de Lime à communiquer entre elles pour faciliter la vie des consommateurs.

Plus précisément, les trottinettes sont constamment reliées aux serveurs de Lime par internet pour communiquer en temps réels le niveau de batterie et leur localisation géographique précise. Ensuite, ces données sont communiquées aux utilisateurs de l’application s’étant connectés au préalable. Elle va ensuite calculer d’elle-même quelles sont les trottinettes les plus proches.
Du point de vue des “Juicer”, un algorithme spécifique entre en jeu dans le cas où une trottinette est “laissée à l’abandon”. Parfois, il arrive que certaines trottinettes soient laissées dans un quartier reculé par leurs utilisateurs. Pour motiver les Juicers à aller les chercher, Lime va donc faire monter leur valeur en fonction de la difficulté d’accéder à celles-ci.

Afin de mieux comprendre le système dans lequel Lime s’inscrit, voilà un écosystème de la société :

Malgré une communication mettant l’accent sur le côté “vert” de l’entreprise, il est légitime de remettre en question leurs intentions. Est-ce simplement du GreenWashing ou ont-ils un réel intérêt pour la production durable ? Être un employé de Lime (Juicer) et recharger des trottinettes tous les jours, vraiment un job de rêve ? Qui sont les adeptes de ce nouveau moyen de se déplacer dans les grandes villes ? Là où notre société ne supporte plus d’attendre le prochain bus, comment les infrastructures législatives peuvent-elles gérer ce nouveau mode de vie ?

Voilà les quatre thématiques auxquelles nous allons essayer de répondre tout au long de notre recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *