Analyse documentaire

 

Deux nouvelles paires de baskets connectées pour Under Armour

 

LEFAIX Eléonore, Deux nouvelles paires de baskets connectées pour Under ArmourSiècle digital, 11 janvier 2018, consulté le 16/02/19, disponible à l’adresse : https://siecledigital.fr/2018/01/11/baskets-connectees-under-armour-ces-2018/ 

 

 

Il s’agit d’un document de type article de presse, l’article vient d’un site d’informations qui traitent au quotidien des sujets tels que la technologie, les réseaux sociaux, marketing digital etc. L’article est signé et daté par la personne qui l’a écrit, les informations qui ont aidé à l’écriture de cet article sont repris de chez Techcrunch qui est un site d’informations américain ce qui offre une garantie supplémentaire car ils sont spécialisés dans l’actualité des startups sur internet. 

 

Les éditeurs de ce média indépendant font en sorte que leur média soit accessible à tous. Dans leurs débuts ils ont mis en relation des étudiants et des professionnels pour alimenter leur média. Aujourd’hui ils défendent les opinions et point de vue des auteurs. 

 

Je pense qu’il s’agit d’un auteur sérieux, tout simplement parce que le travail consistait à fournir des informations sur la nouvelles chaussure connectée de chez Under Armour, l’auteur de l’article cite dans ces sources, Techcrunch qui est un site d’informations américain et où se trouve également un article sur la nouvelle chaussure connectée mais en anglais, donc les informations reprises ont juste été traduits vers le français pour constituer l’article que l’auteur a publié sur Siècle Digitale. L’auteur a aussi un grand nombre d’articles publié chez Siècle Digitale, elle est content manager, rédactrice web, elle a écrit des articles pour ClubicFreshr, Siècle Digital. 

 

Ce document est pertinent car ils nous apportent des informations sur cette fameuse chaussure connectée telles que le prix, la composition de la chaussure, sur quelle application retrouver ces données enregistrer en utilisant la chaussure. Sur un texte à format court, l’essentiel est repris.  

  

Test de chaussures – La Under Armour HOVR Havoc Low

 

 

LE BESCONT Jeremy, Test de chaussures – La Under Armour HOVR Havoc Low, Basket USA, 11 novembre 2018, consulté le 16/02/19, disponible à l’adresse : https://www.basketusa.com/news/528272/test-de-chaussures-la-under-armour-hovr-havoc-low/ 

 

 

 

Il s’agit d’un document type article de presse qui vient d’un site de média en ligne qui parle de la NBA et la culture du basket. Cet article et daté et signé par l’auteur ce qui montre qu’il s’agit bien d’un article de presse.  

 

Une grosse équipe travaille derrière pour apporter les informations indispensables à l’alimentation de leur média en ligne et possède un grand nombre de partenaires.  

 

L’auteur de l’article qui est journaliste, présentateur télé, rédaction en presse écrite, il a travaillé pour le Monde, France 3, Basket USA. Il a réalisé une analyse approfondie sur la chaussure connectée en attribuant des notes pour chaque spécificité de la chaussure donc un long travail de recherche a été fait. Une note finale a été attribuée à cette paire de chaussure et un classement a été donnée pour les autres tests de basket Usa permettant à l’utilisateur de savoir où se situer. Donc le travail ici n’est pas de relaté des informations seulement mais de faire un test pour pouvoir aiguiller l’utilisateur qui lira cet article s’il souhaite acheter la paire en question. Donc le document est bel est bien pertinent car les informations apportées sont approfondies.  

 

 

Under Armour s’élance dans le running connecté

 

 

Mégane Gnesous, Under Armour s’élance dans le running connecté, NetMediaGroup, 24 mai 2016 modifié le 23 juin 2016 à 11:44 Consulté le 10/02/2019. Lien de l’article : https://www.e-marketing.fr/Thematique/cross-canal-1094/Breves/Under-Armour-presente-sa-premiere-chaussure-de-running-intelligente-305206.htm?fbclid=IwAR3vBBmf8TrxUd3FAR8G8iml8TD2ATf6Ky1KPpCcPcjGniyV-6NCMZcmDNg# 

  

Ce document est un article web où l’auteur présente le produit, qui est, une chaussure connectée créée par la marque Under Armour. Il cite les performances ainsi que ce qu’apporte la chaussure de plus à la personne qui l’utilise. L’auteur met une vidéo de présentation que la marque a faite pour présenter leurs gammes de chaussures. Cet article n’est pas un publireportage. 

 

Étant donné la notoriété de l’éditeur et le nombre d’articles qu’il produit assez régulièrement, la qualité de l’article est pratiquement assurée. 

 

L’auteur est un journaliste spécialisé dans les médias et l’étude marketing, elle a pas mal d’articles de publiés. Elle a fait ça de 2016 jusqu’à 2018. 

 

Je trouve que l’article est pertinent dans le sens où j’ai trouvé toutes les informations dont j’avais besoin pour connaître les nouveautés de la chaussure. 

 

 

Under Armour Speedform Gemini 2 Record Equiped, les running connectées

 

Marie Ciolfi, Under Armour Speedform Gemini 2 Record Equiped, les running connectées. Factory Eleven, 22/05/2016 à 08h02. Consulté le : 15/02/2019. Le lien de l’article :  

  

Ce document est un article web représenté sous forme d’une critique ou plutôt un test qui a été fait par la boite Lesnumériques, où l’auteur, Marie Ciolfi, montre les points fort ainsi que les points faibles du produit. 

L’éditeur offre une garantie de qualité car il a une régularité assez remarquable étant donné qu’il produit plusieurs articles dans plein de secteurs du monde numérique, ce qui leur donne une certaine crédibilité quand ils effectuent un test d’un produit quelconque. 

 

L’auteur, Marie Ciolfi est une auteure chez Lesnumériques, le thème principal qu’elle aborde est celui de la technologie dans la cuisine, comme des robots cuiseurs connectés, etc. Elle s’est spécialisée dans les aspirateurs et les robots cuiseurs.  

 

La pertinence de l’article est bien présente puisque l’auteur décrit le produit dans le but de donner un bon avis aux lecteurs pour connaître toutes les informations sur la chaussure, bon comme mauvais, l’auteur reste objectif et donne son avis sur le produit. 

  

 

Under Armour lance sa chaussure intelligente : la Speedform Gemini 2 Record Equipped

 

PUJOL GregoriUnder Armour lance sa chaussure intelligente : la SpeedForm Gemini 2 Record EquippedJust Digital Group Media, 20 mai 2016, consulté le 16/02/19, disponible à l’adresse : https://www.journaldugeek.com/2016/05/20/under-armour-lance-sa-chaussure-intelligente-la-speedform-gemini-2-record-equipped/ 

 

Il s’agit d’un article web puisqu’il contient des informations à propos du lancement des chaussures connectées d’Under Armour. C’est plus informatif qu’analytique. Des photos et une vidéo accompagnent le texte. 

L’éditeur offre une garantie de qualité vis-à-vis de la régularité des publications. 

 

Gregori Pujol est un journaliste ayant déjà publié un bon nombre d’articles à propos des nouvelles technologies. Cela fait plus de 10 ans qu’il rédige des articles pour le site journaldugeek.com (source : LinkedIn). Il baigne dans ce domaine depuis un bon moment. Il est titulaire d’un BAC+3 en communication.

 

Cet article est pertinent car il apporte des éléments de réponses à la recherche portée. Il apporte les informations nécessaires pour l’analyse de ce produit. 

  

 

Demain, tous connectés au sport ?

 

COLONAT Adeline, Demain, tous connectés au sport ?Mondadori France, 16 août 2018, consulté le 18/02/19, disponible à l’adresse : https://www.science-et-vie.com/questions-reponses/demain-tous-connectes-au-sport-42496 

 

Il s’agit également d’un article web se présentant sous la forme de questions/réponses. Il tend à apporter des informations à propos des objets connectés dans le monde du sport. 

 

L’éditeur offre une garantie de qualité vis-à-vis de la régularité des publications. De plus, Mondadori est une des plus grandes maisons d’édition européennes. 

 

Son parcours (DUT journalisme et Master 1 en Biologie) et ses expériences professionnelles témoignent de la rigueur et la fiabilité dont ses articles peuvent comporter. Elle a été responsable éditoriale des Hors-séries de « Ça m’intéresse », et également journaliste à Science et Vie de 2015 à 2017. 

 

Cet article est pertinent puisqu’il apporte également des éléments de recherche à la problématique. Il répond à plusieurs aspects de la problématique. 

 

 

 

On vous aide à trouver chaussure connectée à votre pied !

 

  

Pierrick LABBE. On vous aide à trouver chaussure connectée à votre pied ! objet connectée [en ligne] 20 avril 17. Consulté le 14 février 2019. Disponible à l’adresse : https://www.objetconnecte.net/chaussure-connectee-selection/ 

  

Ceci est un article de presse numérique parue sur le site « objetconnectée.net » c’est le magazine des objets connectées et innovantes qui annoncent et traitent de leurs sujets dans différents domaines comme le Sport, les loisirs et même l’insolite.  

 

La personne qui a rédigé cet article à plusieurs autres articles à son actif dans le même domaine. Il écrit également des articles pour d’autres revues. Il a une certaine neutralité pour la rédaction de ces articles. 

 

L’éditeur de cet article propose une garantie de qualité car toutes les chaussures connectées cités sont existantes. Je pense que c’est un auteur sérieux, il rédige sans modification ce qu’il a été dit et vu dans des conférences et revues. 

  

Under Armour connecte les chaussures de running

  

Charlène Lermite. Under Armour connecte les chaussures de running. LSA commerce & consommation [en ligne] 26/05/2016. Consulté le 14 février 2019. Disponible à l’adresse : https://www.lsa-conso.fr/under-armour-connecte-les-chaussures-de-running-video,239064 

 

 Il s’agit également d’un article de presse numérique qui traite de tout ce qui est commercial et consommation. La rédactrice de cet article est une journaliste qui a rédigé plusieurs autres articles du même principe, qui est le lancement de nouveaux produits. 

 

Dans cet article, on parle principalement du lancement des chaussures de sport connectées de la marque Under Armour. Toutes les informations pertinentes y sont. C’est une plus-value pour notre recherche de documentaire car elle y donne toutes des informations vraies qu’on retrouve aussi dans d’autres articles du même type. 

 

Je pense que l’auteure est une personne sérieuse dans sa qualité de journaliste, elle reste neutre dans son écrit et laisse transparaître que le nécessaire. 

Quatre interviews, quatre avis

DUBOIS, Leslie (professeure d’éducation physique à l’Athénée Royale Serge Creuz). Propos recueillis par FAKIRI, Hanane. Bruxelles, le 29/03/2019. 

 Pouvez-vous vous présenter ?  

Je suis Madame Dubois, professeure d’éducation physique à l’Athénée Royale Serge Creuz ! 

Avez-vous déjà utilisé un objet connecté lors de votre sport ?  

Uniquement une montre GPS. 

Pensez-vous qu’ils sont utiles ?  

Pour moi, oui, étant donné que je m’entraînais à faire des marathons et les 20 km de Bruxelles. Donc, oui, c’est important dans l’entraînement pour pouvoir améliorer au niveau de la vitesse, savoir combien de kilomètres je parcours et à quelle vitesse, tout ça, donc c’est vrai au niveau de l’entraînement et de la performance, c’est intéressant. 

Avez-vous déjà entendu parler des chaussures connectées ? 

Jamais, et ça m’intéresserait d’en apprendre un peu plus d’ailleurs ! 

Pensez-vous que ça puisse être intéressant d’utiliser ces chaussures-là lors d’un cours ? Par exemple, les donner à des étudiantes et qu’elles les utilisent lors d’un test d’endurance. 

Je pense que oui si à partir du moment où ça permet de calculer leur évolution, de voir justement la vitesse à laquelle elles courent, de voir le terme de foulée, voire même l’analyse de foulée pour toujours être en quête de l’amélioration de la course. Je pense que ça pourrait être intéressant et enrichissant pour apprendre sur les performances aussi. 

Là, par exemple, il y a une marque qui s’appelle Under Armour qui a lancé une paire de chaussures connectées en 2016, donc ces chaussures connectées sont capables de calculer la distance parcourue, la cadence, le temps du parcours, le nombre de pas, le nombre de calories brûlées et d’autre choses. Si jamais vous venait l’idée de les acheter, combien seriez-vous prête à mettre dedans ? 

A partir du moment où ce sont de bonnes chaussures, moi comme j’ai toujours fait de la course à pied, je n’hésite pas à mettre un certain budget dans la chaussure. Maintenant, je n’irai pas mettre 1000 € dans une paire de baskets, mais ça pourrait aller jusqu’à 200 €, je dirais. Déjà dans une paire de chaussures normale performante, c’est minimum 130-150 €, donc voilà un petit peu dans ces tarifs-là, voire un peu plus si vraiment la technologie de la basket fonctionne correctement, évidemment. 

Là, en l’occurrence, les modèles que propose cette marque tournent aux alentours de 150 €, donc pour vous, c’est… 

Ah oui pour moi ce serait un prix que je serais prête à mettre. 

Mais il s’avère que cette paire est dotée d’une batterie, et cette batterie-là s’épuise au bout de 500 km, il me semble. Est-ce que vous trouvez cela rentable ou pas ? 

Après ça dépend de la manière de recharger cette chaussure. 

Non, il n’y a pas moyen. 

Ah, donc il faut carrément changer, changer toute la paire ?  

Oui, toute la paire.  

C’est un peu court. Je prends mon exemple, moi, je m’entraîne pour des marathons, ça veut dire que je m’entraîne 3 mois avant le marathon, un marathon, c’est 42 km, et je fais par semaine entre 40 et 60 km. Donc, j’épuiserai assez vite les 500 km voulus. Après, bon, si c’est pour mettre tous les 3 mois une nouvelle paire de baskets à 150€ là ça devient cher. Maintenant, s’il y a un système de remplacer la batterie ou de la recharger ça pourrait être intéressant. 

Merci beaucoup  

De rien avec plaisir ! 

 

Valentine (vendeuse dans le rayon Running chez Decathlon). Propos recueillis par JAGALOUID, Yassine. Bruxelles, le 29/03/2019. 

Pouvez-vous vous présenter ?  

Je m’appelle Valentine, et je travaille actuellement en tant que vendeuse dans le rayon Running. On va dire que je suis l’experte en électro dans le rayon.   

Y a-t-il beaucoup de demandes en matière d’objets connectés ? 

Alors oui, effectivement, tous les jours, on a des personnes qui viennent pour des bracelets connectés. On a de plus en plus de demandes de parents qui demandent des bracelets connectés pour leurs enfants avec le nombre de pas. Les principales fonctions que les clients demandent pour ces montres, c’est la fréquence cardiaque, qui se prend au poignet, le nombre de pas, le fait d’avoir des notifications directes du téléphone quand on active le Bluetooth, le tracker d’activité, quand on est en inactivité pendant un certain moment, la montre va informer la personne via une alarme en disant qu’il faut faire quelques pas. Également la distance basée sur le nombre de pas. Après, il y a les nouveaux modèles qui ont plus de fonctions ; on peut voir les mails, ou bien un suivi pour les cycles menstruels pour les femmes, par exemple. 

D’après vous, quels sont les facteurs qui peuvent empêcher les gens d’acheter un objet connecté ? 

Le fait qu’il faille obligatoirement une application peut peut-être freiner certaines personnes à l’achat. Maintenant, tout le monde a un smartphone où on peut télécharger les applications. Par exemple pour les personnes âgées qui doivent avoir un suivi important au niveau de leur nombre de pas ou bien de leur fréquence cardiaque, quand on a le temps, on télécharge les applications sur leur téléphone et on configure la montre sur l’application. Sinon… 

La batterie peut-être ? 

On n’a pas de retours par rapport à la batterie, sauf s’il y a un défaut sur la montre. Maintenant les trackers d’activité, contrairement aux montres GPS, tiennent plus longtemps, environ une petite semaine, cinq à six jours d’autonomie. 

Avez-vous déjà entendu parler des chaussures connectées ? 

Non. 

Under Armour, une marque d’habillement, a créé des chaussures connectées qui font à peu près la même chose qu’un bracelet connecté. Il y a une puce située dans la semelle. 

Et comment voient-ils toutes les informations ? Via une application ? 

Exactement. 

Est-ce qu’ils ont des notifications du téléphone, est-ce que ça vibre sur le pied ou des choses comme ça ? 

En fait, la personne met les chaussures, elle fait sa course et après a toutes les données sur l’application. 

Maintenant ça peut être pas mal, je pense à ça. Peut-être juste au niveau de la fiabilité du nombre de pas, parce que quand c’est au poignet, c’est vraiment basé sur le mouvement du bras, ça peut être plus fiable par rapport à ça. Ce que les gens aiment bien, c’est avoir le visuel, l’écran de la montre, avoir l’heure, ils peuvent voir les calories, leur fréquence cardiaque, c’est juste par rapport à ça. Pour moi, c’est moins pratique sur certains trucs. 

Vous pensez que Decathlon ne pourrait pas sortir ce genre de chaussures ? Étant donné que ces bracelets sont meilleurs ? 

Je ne sais pas si c’est mieux, c’est difficile à dire. Là je ne pense pas tout de suite que ce serait quelque chose à laquelle on s’y mettrait, il faut voir en fonction des études, des retours clients. Est-ce déjà sur le marché ? 

Oui oui. 

Il faudrait voir un petit peu en fonction des retours des clients, et maintenant à Decathlon ce n’est pas nous qui prenons la décision, on s’adapte en fonction des demandes aussi. 

Est-ce que vous utilisez un objet connecté ? 

Pas tous les jours, mais quand j’en ai envie et quand il est chargé. J’ai la Fitbit, un ancien modèle que j’utilise. Maintenant, quand je fais du sport, j’utilise plutôt une montre GPS. 

Imaginons que la paire de chaussures connectées est vraiment chez Decathlon, est-ce qu’un jour vous l’achèteriez ? Étant donné qu’elle a les mêmes caractéristiques qu’une montre connectée. 

Moi, honnêtement, dans un premier temps, je ne pense pas, parce que j’aime bien avoir l’écran. Maintenant ça voudrait dire qu’il faudrait avoir son GSM à côté, même le temps de configurer au niveau du Bluetooth. Personnellement, je ne pense pas que je serai intéressée.  

Donc vous n’êtes pas la public cible ? 

C’est difficile à dire. C’est vraiment bracelet connecté, et pas montre GPS ? 

Ça peut être les deux. Imaginons qu’on pose les chaussures connectées et le bracelet connecté, mais seulement pour enregistrer les performances de la course, le nombre de pas, les trajets… 

Je vois difficilement comment accéder à la fréquence cardiaque au niveau du pied. Je ne sais pas si sur ce modèle on peut avoir la fréquence cardiaque. 

Non, pas du tout. 

C’est une des fonctions à laquelle la plupart des gens demandent. Je ne sais pas si ça fonctionnerait vraiment bien sans la fréquence cardiaque. En tout cas, pour des gros sportifs, s’il n’y a pas la fréquence cardiaque, je ne pense pas que cela se vendra. 

Ça va, merci beaucoup ! 

 

Anonyme (Revendeur Under Armour chez Jogging Plus). Propos recueillis par HAMMANI, Jamila. Bruxelles, le 28/03/2019. 

Est-ce que les chaussures se vendent bien ? 

Oui, il y a un engouement, il y a vraiment une demande des gens, surtout les jeunes qui sont au courant du procédé. Ils savent que les paires sont en vente chez nous. 

Il y a beaucoup… 

Oui ça va, ça démarre doucement. 

Est-ce généralement des jeunes ? 

Oui, ce sont des jeunes. 

Et comment ont-ils entendu parler de cette marque-là ? 

La marque, en règle générale, les jeunes connaissent, mais je ne sais pas trop, je n’ai pas trop posé la question par où ils avaient appris que nous disposions de la technologie. J’ai demandé justement à deux trois clients de me tenir au courant du retour, et apparemment ça fonctionne très bien, et la précision est optimale aussi. 

J’avais lu qu’à partir d’un certain kilométrage, il fallait changer de chaussures. 

Aujourd’hui, une paire de chaussures a une durée de vie de 700-800 km. A savoir que quelqu’un qui va courir 20 km par semaine, il faudra la renouveler tous les 10 mois. 

Est-ce généralement pour toutes les marques ? 

Oui, toutes les marques grosso modo. Après, il y aura peut-être une ou deux marques qui seront un peu plus robustes. Mais on va tourner entre 800, 900 et 1000 km pour une paire de chaussures. On va parler en termes d’amorti, ce n’est pas vraiment une usure visuelle, ce sont vraiment les matériaux qui vont s’estomper. 

Donc, c’est généralement pour toutes les chaussures ? 

Oui, voilà. 

Est-ce que les personnes qui ne les connaissent pas vont aller vers cette paire-là ou alors ils choisissent généralement une paire non connectée, basique ? 

En règle générale, les gens qui rentrent dans le magasin pour la marque vont directement se diriger vers ce modèle-là. Cependant, ce qu’on aime bien faire, c’est faire essayer, comparer différentes marques à nos clients. Quelqu’un qui rentre dans le magasin, qui n’a pas trop d’idées en termes de chaussures, on est là pour analyser les demandes de chaussures et un petit peu conseiller aussi. Après, il y a un tas de paramètres qui entrent en compte, par exemple la vitesse, le poids, etc.  

Merci ! 

 

Anonyme (Vendeur chez Sports Direct). Propos recueillis par MOUHOUTMariam. Bruxelles, le 26/03/2019. 

Dans le pied gauche en dessous de la semelle, il y avait, une entrée où on savait mettre la puce dedans. Alors, nous, à l’époque où on les avait, juste la puce, c’étaient 75€. 

Ah, juste la puce, sans la paire de chaussures ?  

Sans la paire de chaussures, et sans l’application qui va avec qui la connecte dessus, parce qu’il faut l’application aussi. L’application était gratuite. Du coup, il faut télécharger l’application Nike Running, acheter la puce à part, 75 € + la paire. Les paires à l’époque, je pense que ça variait de 75 € à 250 €. L’entrée de base, la première gamme était à 75 €. En dessous de 75 €, le modèle n’existait pas avec cette fameuse puce. 

La puce se mettait dans le pied gauche. Alors, pourquoi est-ce que la plupart des gens n’aiment pas cette fameuse puce ? C’est qu’une simple semelle en mousse, la semelle va s’affaisser obligatoirement. Donc, il y a un moment ou un autre, on sent cette fameuse puce dans le pied gauche. 

Donc, ça devient gênant…  

Ça devient gênant et ça devient embêtant. L’autre problème de cette puce, c’est qu’elle n’était pas waterproof. 

Ah oui donc en cas de… 

Non, simplement, on court, on transpire des pieds. La transpiration qui passe à travers, qui va dans la puce faisait un faux contact, et donc, automatiquement elle ne fonctionnait pas convenablement. La dernière chose plus importante du pourquoi elle ne fonctionnait pas vraiment, c’est parce qu’en fait pour pouvoir savoir le nombre de pas que l’on fait, ainsi de suite, il faut généralement intégrer sa taille, son poids, etc. L’application ne le faisait pas, la seule chose que l’application demandait, c’était la taille, et on ne parlait pas de taille de poids, ni de taille de chaussures. Cela va de soi que quelqu’un qui a du 45, la puce sera mise différemment que chez quelqu’un qui a du 38. Finalement, ce n’était pas juste à 100 %. Sur 10 pas, peut-être, il y en a 8 qui étaient calculés et deux autres partis dans le vent. 

Dans le vent, oui, exactement !  

Quand vous faites 1 000 pas, ça fait 200 pas, ça froisse beaucoup la technologie. C’est pour cela qu’ils ont arrêté ça, et que, maintenant, les connexions sont directement dans les montres. Et, donc, les gens avec le mouvement de balancement, par exemple, ça, c’est une montre connectée…. 

C’était beaucoup plus précis que la chaussure en question.  

Ça, c’est plus précis que dans le pied. Le problème du pied, c’est le confort, le fait qu’elle prend l’humidité et que la technologie et l’humidité ne vont pas ensemble. Aussi, qu’elle ne donnait pas les pas réels et qu’elle donnait un guide, mais pas à 100 %.  

Maintenant, c’est vrai qu’il y a certains modèles, comme la Kayano à l’époque, c’était 250 € la paire, la puce était dans le pied droit, elle était un peu mieux et là, ils avaient dans la boîte-même un CD avec un programme spécifique où on pouvait retrouver carrément sur Internet le chemin qu’on a fait, qui disait, par exemple, vous êtes passé par la forêt de Soignes, vous avez sauté autant, vous avez fait autant de pas. C’était un peu plus mieux, mais, ça n’a jamais fait fureur. 

C’est ça, et il y a toujours un problème pour le lancement de la chaussure, on a l’impression qu’il y a quelque chose qui bloque. 

Surtout, il faut le savoir, mais déjà le blocage de dire « je dois acheter la chaussure, je dois acheter la puce, je dois encore avoir l’application » on est près des 300, 400 € juste pour savoir combien de pas effectués. Moi, je vends un compteur de pas à 9 €, un petit truc qui s’accroche à la ceinture. C’est une petite bille qui bouge, et c’est un peu le même principe que sur 10 pas, elle en calcule 8. Pour savoir le nombre de pas, ça ne sert à rien de mettre 75 €, 100 €, à 9 € vous trouvez ça. Chez Action, par exemple, ils ont une montre connectée, ils la vendent 25 € et c’est pratiquement la même que la mienne.  

Et elle fait très bien le travail. 

Elle compte très bien le truc, c’est parce que les clients ne sont plus à la recherche de ça à 100% parce que ce n’était pas top, c’était la première génération. 

Nous avons comparé avec la chaussure connectée Under Armour qui, elle, aussi fonctionnait avec une application et elle était meilleure parce qu’on a vu qu’il y avait une grande communauté derrière ça. 

Parce que la puce était déjà intégrée dans la chaussure. Ce n’était pas un achat à part, donc il n’y a pas le problème du confort et de l’humidité. Under Armour est surtout beaucoup plus évolué en chaussures que Nike. Si vous voulez comparer, Under Armour ne fait que du running et du fitness. 

Oui, exactement, et Nike, c’est beaucoup plus diversifié. 

Nike fait de tout. Là, ils font du running, ils font des chaussures de tous les jours, ils font du tennis, du golf, du foot, ils font de tout. Si vous voulez vraiment comparer, la marque Dunlop fait des chaussures, raquettes, ballons, pneus de voiture, pneus d’entretien. C’est la qualité par rapport au prix, ce n’est pas la qualité wow, alors que Under Armour, c’est fitness et running, c’est tout ce qu’ils font, rien d’autre. 

Donc ils sont vraiment qualifiés dans ce domaine-là. 

Par exemple, rien à voir avec Under Amour, si j’ai besoin de chaussures pour courir, je n’achète pas une Nike, une Salomon ou une Asics, je prends une marque de chez nous en magasin, la marque Brooks. C’est une marque qui ne fait que du running, ils ne font même pas de vêtements, ils sont spécialisés en chaussures pour courir, ils ne font pas de chaussettes, pas de vêtements, pas de montres, pas de chaussures de foot, rien du tout. 

C’est sûr que vous allez avoir quelque chose de qualité. 

Parce que je sais que cette marque est spécifique là-dedans, contrairement à Nike qui fait de tout. C’est une bonne qualité même si on paie beaucoup la marque, cela va de soi, ici, je ne paie pas la marque, je sais que je paie 100 % le produit de qualité de running. 

Le problème avec les chaussures d’Under Armour, c’est qu’elles ont un nombre de kilomètres limités. Une fois que les kilomètres sont dépassés, la chaussure est…. 

Savez-vous combien de kilomètres ? 

C’étaient 400 ou 600 km. 

Ce sont 4 000 pas, en fait. La durabilité de vie d’une chaussure pour courir, comme Under Armour, c’est entre 3 500 et 4 000 pas. Ça fait 5 km par jour pendant un an. 

5 km par jour pendant un an… 

C’est beaucoup. Chaque jour, on fait 5 km, on parle de running, on ne parle pas de marcher. Courir 5 km par jour pendant un an, et la paire est fichue et bonne pour la poubelle. Et encore, cela ne fonctionne que si on entretient bien la chaussure. Parce que la majorité des gens qui achètent des chaussures, les entretiennent mal, et du fait, la durabilité de vie est coupée en deux. 

Par exemple, dans vos chaussures à vous, est-ce que vous retirez les semelles en fin de journée ? 

Non.  

Voilà, donc mauvais entretien de la chaussure, parce qu’elle cassera, elle tiendra moins longtemps. Simplement parce que l’humidité et la transpiration qui se sont intégrées, traversent la semelle, vont dans la semelle du dessous et « moisit », elle pourrit. Si on retire la semelle, on aère la chaussure, et donc, ça permet à l’humidité et à la chaleur de la chaussure de dégager directement. On ne met pas une chaussure tous les jours. Par exemple, j’ai deux paires, j’ai celle-ci pour le matin, et l’après-midi, je mets une autre paire. Simplement parce que si je reste toute la journée dans cette paire-là, en fin de journée, ma semelle va être trempée. Ça fait en sorte que la chaussure est moins chaude, elle a le temps de respirer, de se remettre à niveau. Et c’est surtout la mousse qui s’affaisse a le temps de se remettre à son niveau, c’est pour ça que la chaussure tient plus longtemps. Une mauvaise utilisation des chaussures fait en sorte qu’on coupe. Moi, une chaussure comme ça, en une semaine, je peux la casser simplement parce que je l’utilise et l’entretiens mal. L’entretien est le plus important et c’est ça c’est qui fait durer l’espérance de vie. La fameuse puce dans la chaussure, puisqu’on laisse la semelle dedans, elle n’aère pas et ne se refroidit pas. C’est un peu comme le GSM quand il chauffe, il chauffe, il chauffe, et à un moment, il pète. Voilà. 

Merci beaucoup !