LIVING TOMOROW

Yasmina Lfrah et Tanguy Thelen 

Présentation :


Living Tomorow ou la maison du futur est une maison témoin, située à Vilvoorde,  présentant ce à quoi une maison traditionnelle pourrait ressembler dans quelques années.  Mais également un lieu où est réfléchis et anticipé l’avenir pour toutes sortes de domaines : agriculture, environnement et métiers. L’objectif de cette installation est d’informer sur les technologies déjà disponibles mais également celles de demain.

Durant la visite de cette maison, le guide nous fait découvrir de nombreuses innovations technologiques et les différentes manières dont elles peuvent être appliquées a la vie quotidienne : du frigo connecté au drone en passant par l’intelligence artificielle. En effet après une danse de robot en guise de présentation, nous avons pu observer un miroir interactif, des avancées en matière de médecine avec un Pace Maker miniaturisé, de secours avec des drones d’intervention plus rapides, d’agriculture dans le désert à l’aide d’algues, ect.

La visite peut toucher de nombreuses parties de la population, une famille, un particulier intéressé par le sujet, un groupe scolaire ou une entreprise. Le guide peut adapter la visite en fonction du public présent. Néanmoins, es entreprises désireuses de se tourner plus vers l’avenir et les technologies qui vont avec sont une part importante du public.

La visite se déroule dans un grand bâtiment de style très brut et industriel d’extérieur mais très moderne à l’intérieur. On y trouve des salles de conférences, un auditoires mais également des pièces tels une chambre et une cuisine, c’est d’ailler de la que viens le nom maison du futur, le but étant d’immerger le visiteur dans ce à quoi une maison ressemblera bientôt.

Notre avis :


De cette visite nous avons retiré que les pistes d’amélioration sont abondantes dans bien des domaines et qu’il est important de se tenir informé sur toutes ces avancées. Mais cette visite a aussi animé chez nous une curiosité encore plus importantes sur l’emploi de la technologie au bénéfice de l’aspect pratique de choses quotidienne, mais également au profit de l’écologie.

Tout au long de la visite le digital était omniprésent : écran, table tactile, frigo connecté, baffles, etc. faisait partie intégrante de l’exposition, aussi bien dans les innovations elles-mêmes que dans leurs présentations.

Un lien évident avec le cours de plateforme collaborative peut être identifié, en effet la commande où l’on devait imaginé à quoi pourrait ressembler un objet ou un concept dans une dizaine d’année correspond parfaitement à la mentalité de la visite puisque cette Maison du futur illustre exactement cela en présentant à quoi le domaine bancaire, médical, sportif, agricole, etc. ressemblera dans quelques années.

On peut trouver dans la présentation de cette Maison du futur des questions éthiques puisqu’elle fait l’apologie de la technologie et de l’automatisation, se pose donc des questions au niveau de la place des robots et de l’intelligences artificielles dans notre société par exemple avec les baffles connectés commandés par la voix qui nous placerait sous écoute permanente et di

points faibles et solutions : 

L’exposition présentait des dispositifs technologiques et innovants cependant elle est organisée de manière très traditionnelle avec un guide présentant les unes après les autres les objets ou concepts. Il pourrait être intéressant pour une exposition comme celle-là de faire vivre une expérience au visiteur en intégrant de la technologie. Par exemple en utilisant des bracelets connectés comme pour BelExpo, ce qui donnerait plus de liberté et de curiosité aux visiteurs en ne les obligeants pas à attendre l’explication d’un guide ou d’une vidéo. Bien sûr le public cible n’est pas exactement le même puisque bel expo s’adressait quasiment uniquement à des groupes de jeunes enfants mais Living Tomorow accueille également ce genre de groupes et pourrait amélioré son expérience pour les visiteurs en créant un parcours immersif, des démonstrations réelles et cela même si le temps de visites devait s’en retrouver rallongé.


SOURCES :

Sources images :

  • https://mice-magazine.com/the-event-for-event-agencies-living-tomorrow/ (consulté le 15/12/2018)
  • https://get.apicbase.com/partnerships/living-tomorrow/attachment/living-tomorrow-300×228/  (consulté le 15/12/2018)

L’ABBAYE DE VILLERS

Yasmina Lfrah et Tanguy Thelen

L’Abbaye de Villers est une asbl qui se situe en Région wallonne, elle fait également partie  de la Fédération Wallonie Bruxelles. C’est un lieu patrimonial et touristique qui veut devenir numéro un dans  l’intérêt touristique et culturel de l’architecture médiévale en Belgique. Il a ouvert ses portes aux visiteurs en 1830.

Sa missions est d’accroître l’attractivité du lieu tout en étant fidèle à son public-cible et aux valeurs de l’Abbaye. Il est également possible d’y faire des visites guidées et toutes sortes d’autres activités y sont organisées comme des concerts ou des expositions.

De plus, l’objectif premier est de développer un programme d’activité basé sur 7 axes stratégiques: « le tourisme, la culture & le patrimoine, le divertissement & l’éducation permanente, l’artisanat & le terroir, la nature & le bien-être, l’engagement social et l’économie & la maîtrise budgétaire. » 

Nous avons visité l’évènement digital de Numeric’art et Abbaye de Villers. Ils ont collaborer ensemble pour crée une expositions d’art numérique « Digital Contemplation » présentée dans l’extérieur de l’Abbaye.

« Lier art numérique et patrimoine, comme autant de résonances entre le passé et l’époque contemporaine. Tel est le propos fondamental de l’exposition, qui les réinterprète au travers du spectre numérique, point cardinal de nos nouveaux modes d’expression. »  

Tout d’abord nous avons choisis cet endroit, parce qu’il y a des choses à développer au niveau du digital. Ils ont utilisé l’images, le son, et des vidéos dans l’exposition. On pouvait faire des liens avec nos cours facilement. De plus ils essayent de faire revivre un lieu patrimonial à travers le digital est c’est intéressant de voir comment ils s’y sont pris pour le faire. Quand nous nous sommes rendus sur place toutes les activités n’était pas accessible. Ils ont eu du retard sur beaucoup de zones d’exposition de l’Abbaye.

Quant au public : l’Abbaye est ouverte à tout public. D’ailleurs quand nous nous sommes rendus sur place, il y avait un couple de personnes âgée mais aussi un couple de jeune parent avec leur enfant, et aussi des groupes scolaires pour visiter l’exposition digital. Il n’y a pas de public-cible direct, c’est plutôt toutes les personnes qui aimeraient visités le lieu, qui sont inversées par le digital.

Au cours de la visite, nous avons vu une activité intéressante. C’est une table interactive, elle permet de faire des mini-jeux, mais il y a aussi des vidéos de présentation du lieu pour mieux comprendre l’Abbaye et son histoire ainsi qu’une ligne du temps et un plan du cite .

 

Cet exercice permet d’apprendre d’une manière ludique et amusante l’histoire et l’actualité du lieu à travers le digital.

L’Abbaye a également créé une application téléchargeable sur Android et IOS, pour avoir toutes les explications des différentes parties du lieu sans l’aide des panneaux.

 

Pour conclure, on peut faire le lien avec le cours de scénarisation interactive, le fait de realisé un parcours linéaire de passer d’un point « A » à un point « B », c’est ce que l’on fait actuellement dans le cadre de ce cours.


Sources :

  • https://www.villers.be/fr/digital-contemplation

Sources image :

  • http://numericarts.be/digital_contemplation.html (consulté le 16/12/2018)

Le Biohacking

Thelen Tanguy

Job Annette

Et si le Biohacking changeait toute votre vie?

L’origine de l’idée

Suite à un reportage passé sur la RTBF qui nous présentait une toute nouvelle technologie accessible à tous et qui a énormément de succès sur le continent américain, la micro puce phénomène du bio hacking.

Nous nous sommes donc penchés sur cette puce minuscule et sur la manière dont les personnes l’utilisent.

L’innovation que présente cette idée est le fait que l’humain puisse être amélioré, augmenté.

Jusqu’ici la médecine ne fait que réparer les corps humains ou les aide à vivre plus longtemps en trouvant des remèdes aux diverses maladies qui le touchent.

Le Biohacking se propose d’aller plus loin que cela et de transformer le corps afin d’en augmenter la performance.

Ce principe de bio hacking s’inscrit dans un contexte d’hyper informatisation du monde qui nous entoure, en effet tout autour de nous

En quoi est-ce une idée qui va faire vivre une nouvelle expérience concrète et positive :

  • Alléger son portefeuille en remplaçant les cartes de crédits.
  • Remplace la carte d’identité.
  • Remplace les clefs.
  • Remplace les nombreux badges d’entrée.
  •  Remplace les QR codes des billets de train, avion, bus, tramway, etc.
  • Avancée de la médecine

 Le coté immuable de l’innovation : 

Cette puce fonctionnera comme les nombreuses puces déjà présentes dans nos smartphones, elle ne fera que compiler les informations et détenir des codes d’accès pour la maison, la voiture etc.

vous choisissez donc le contenu de puce et quelles informations vous souhaitez stocker.

Et quant à l’aspect médical de la chose, la puce est facilement appliquée : il suffira d’une piqure d’aiguille et la puce se glissera sous la peau.

Bien entendu les suivies médicaux se feront encore et toujours chez un médecin !

Le visual thinking :

https://www.powtoon.com/online-presentation/cjSbtGtWR6O/?mode=movie

 

Fonctionnement du point de vue de l’utilisateur :

Pour l’utilisateur, la démarche sera très facile : il lui suffira de commander un kit contenant tout le nécessaire à l’installation de la puce sous cutanée sur l’un des sites qui propose à la vente ce genre produit (gant en latex, seringue, puce, etc.)

Une fois le colis sera livré devant sa porte et, avec l’aide d’une autre personne il pourra installer la puce sous sa peau, de nombreux tutoriels seront proposés sur le site web pour correctement installer la fameuse puce.

une fois la puce installée la personne installera une application qui lui permettra d’inclure il les différentes informations qu’il désire stocker (CV, profil LinkedIn, code d’accès a sa maison, etc.).

https://prezi.com/view/GYN1P6ncvrrLbNOBSZp8/

A présent il peut, avec un simple contact de la main payer ses achats dans les commerces, ouvrir la porte de chez lui ou de sa voiture, donner accès aux données personnels qu’il souhaite partager ( identité ), pointer son abonnement dans les transports et ainsi de suite. 

Les divers bénéfices de l’innovation :

Le gain de temps est l’un des principaux  bénéfices de notre innovation.

Le fait ne pas devoir fouiller frénétiquement le fond de son sac en espérant ne pas avoir oublié ses clefs pour rentrer chez sois.

Ne pas devoir chercher ses clefs de voiture un matin ou l’on est en retard pour une réunion importante.

Mais aussi avoir une urgence médicale mais ne pas être assez conscient que pour donner son identité aux ambulanciers.

Voilà au temps d’argument en faveur de ce bénéfice.

La diminution du stress rejoint également l’argument précédent

car retirer ces périodes de stress dans une journée chargée ne peut qu’être bénéfique.

Le fait de ne pas devoir s’inquiéter de perdre son portefeuille ou de devoir garder la main dessus dans les transports en commun de peur de se le faire voler contribue également à la diminution du stress au quotidien.

interview:

Sarah Blossom Ware définit le bio hacking comme : réaliser des expériences scientifiques dans des lieux in-conventionnels comme une cuisine ou une cabane de jardin.

Pour elle, ces expériences scientifiques doivent être reproductibles et contribuent à la découverte de nouvelles informations. Elle spécifie également que le bio hacking est assez nouveau et encore peu développé. Selon elle, la popularité ascendante de cette pratique vient du fait que le matériel nécessaire au bio hacking c’est démocratisé et est plus facilement accessible qu’auparavant.

Elle rassure ceux qui trouvent le bio hacking dangereux de parce que les gens qui expérimente avec dans leurs maisons pourraient en faire en expliquant que parmi les centaines de biohackers qu’elle connait, aucun ne tente de faire des choses horribles, mais plutôt que tous tentent d’améliorer le monde dans lequel on vit.

Ce qu’elle considère être le plus grand avantage du bio hacking est le fait que jusqu’aujourd’hui cette science n’est pas régulée par l’état. Cela permet plus de libérée pour la recherche. Un autre point positif qui est relevé par Sarah Ware est le fait que cette pratique est ouverte à tous et que n’importe qui peut s’y intéresser et y participer facilement, pas besoin d’avoir fait de longues études scientifiques.

Le public cible :

Selon les divers tests que nous avons réalisés notre innovation est particulièrement appréciée par les  18 – 25 ans, qui ont tendance à perdre ou à souvent s’emmêler les pinceaux avec les diverses cartes de banques, badges, clés, etc.

Qui aimeraient aussi effectuer des paiements plus rapidement et éviter la paperasse des hôpitaux avant d’être admis aux urgences.

Le bio hacking peut poser des questions éthiques pour certaines personnes.

Notamment au niveau de la religion, car le fait d’augmenter, de transformer son corps est mal vu dans certaines croyances.

Mais cette technologie pose également des questions d’éthique au niveau de sa possibilité d’être intrusive dans la vie privée de ces adeptes : un patron d’entreprise qui propose à ces employés de se munir de puces RFID sous cutanées en guise de badges d’accès ; pourrait avoir accès à toutes leurs informations, déplacement et temps de pause au sein du bureau.

Dans l’optique que cette technologie continue à évoluer et que ces puces dans la main soient capables de manipuler notre corps humain afin de les envoyer vers une application ou un dossier médical. La sécurité de ces puces sera un point très important, car ces données personnelles seront très facilement accessibles.

 

 

sources :
https://www.lesechos.fr/12/02/2017/lesechos.fr/0211791785017_une-entreprise-belge-implante-des-puces-electroniques-sur-ses-employes.htm#