Cuisine intelligente et 100% connectée

La cuisine intelligente va changer votre façon de faire les courses et de préparer des bons plats chez vous. Une cuisine équipée aux nouveaux moyens technologiques pour mieux satisfaire vos besoins et même de moins gaspiller. Allant du frigo connecté à la plaque à induction, tout y passe. Tout sera connecté via une application et à votre assistance vocale afin de faciliter le commandement de vos machines tels que le robot pâtissier, le mixeur, four, etc. La cuisine intelligente va vous permettre de moins prêter attention à vos cuissons, car quand le plat est cuit l’appareil s’éteint automatiquement. 

Origine de l’innovation

Beaucoup de produits ménagers ou de cuisines commencent à pousser très haut le niveau technologique. À commencer par le four, le frigo, etc.

Du coup, nous avions pensé à faire une cuisine totalement connectée au lieu de ne rester qu’avec quelques produits, comme le frigo relié à son smartphone. De mettre en place tous les types de produits qui se connectent via le smartphone ou relier à notre assistance vocale.   

Description 

Cette cuisine permet d’avoir tous ses appareils connectés via son smartphone afin de tout contrôler via un secteur. Mais également à l’aide d’une assistance vocale, nous pouvons faire afficher des recettes sur un écran plus rapidement. 

Le frigo connecté via notre smartphone va pouvoir nous indiquer de n’importe où ce que nous avons déjà dans notre frigo. Mais aussi, un avertissement des produits qui vont bientôt être périmé afin d’éviter le gaspillage inutile. Il sera composé d’un écran interactif pour nous indiquer la température, son contenu, etc. L’application qui gère tout cela peut informer à l’utilisateur quelles recettes il peut faire avec les produits dont la date de péremption est proche, si la personne ne sait pas ce qu’elle veut cuisiner. Une fiche recette complète sera envoyé et informe la personne avec le peu de choses chez elle, ce qu’elle peut faire afin d’éviter les achats compulsifs alimentaires. 

La plaque à induction intelligente va reconnaître le type de casserole ou poêle qui est posée et également grâce à des rayons x, de reconnaître quel aliment est à l’intérieur ou quel mixte si c’est un cassoulet par exemple. Il va pouvoir définir le temps de cuisson ou pendant la cuisson si c’est une viande lorsque celle-ci a atteint la cuisson bleu, saignant, à point ou bien cuit. Bien évidemment, il y aura toujours un geste humain de faire tourner la viande afin de garder une cuisson homogène.  Par exemple, une personne lance une cuisson bleue pour sa viande, et lorsqu’elle est suffisamment cuite, une alarme sonore va être déclenchée afin de faire comprendre à la personne qu’il faut retourner la viande. Ensuite dès qu’elle est cuite, la plaque va s’éteindre

automatiquement et laisser la viande se reposer.

Le four sera aussi équipé de la même technologie mais on pourra malgré tout, le lancer nous-même. Il sera

doté d’un écran tactile qui va nous proposer diverses propositions

d’actions sur ce qu’on va mettre au four avec des informations supplémentaires. Par exemple, si nous voulons faire cuire des choses en mode vapeur, le four va nous informer que nous devrions mettre un petit récipient contenant une dose d’eau. 

Tous ces appareils sont reliés au smartphone et à la  reconnaissance vocale, ce qui va permettre de générer du contrôle à distance. 

Le contexte 

Souvent nous sommes très occupés lorsque l’on doit cuisiner. La cuisine intelligente va permettre de nous aider. Le but principal est de ne quasiment

plus prêter attention aux cuissons et d’accorder plus de temps pour les accompagnements, la décoration ou autres types d’activités. Exemple que nous expliquons plus bas, mais imaginons une mère divorcée avec des

enfants, nous savons tous à quel point il est compliqué de gérer les enfants en même temps que de faire la cuisine.  

Même pour les restaurateurs, la cuisine intelligente est un atout qu’il serait idiot de négliger. Ça peut leur apporter un gain pour plus se préoccuper à l’assaisonnement, les accompagnements, les finitions ou le dressage. Cela va permettre de gagner en qualité sans enlever leur touche personnelle sur le plat qu’ils ont créé.

En quoi est-ce une nouvelle expérience ?

Equipée d’une cuisine intelligente va vous donner une nouvelle façon de gérer la cuisine et de gagner du temps. Dans un premier point, le contrôle de la cuisson automatique va donner la possibilité de se préoccuper aux accompagnements du plats ou autres. Cela offre la gestion de deux grosses tâches simultanément sans soucis, à savoir gérer les enfants et faire la cuisine. Et enfin ça va permettre d’éviter de faire des achats d’aliments compulsifs et de manger les restes ou des aliments qui sont bientôt à la date de péremption.

Bénéfices de l’innovation

Comme nous avons pu le répéter maintes fois, premièrement, le frigo connecté va lutter ou du moins de réduire en grande partie contre le gaspillage. Ensuite, l’effectuation de deux tâches simultanément sans aucune difficulté. Un contrôle total de sa cuisine à distance ou chez soi. 

Pour les plus frileux ?  

Rien ne va changer sur votre manière de cuisiner ou de s’amuser à créer de nouvelles recettes.  

« La technologie libère le cuisinier de certaines contraintes, assure Armand Arnal, à la tête du restaurant La Chassagnette, en Camargue. Elle lui permet de passer plus de temps sur les accompagnements, l’assaisonnement et les finitions. Mais, au fond, c’est toujours la personnalité du chef qui fait la personnalité du plat. ». Arnaud Arnal, un restaurateur, réponds merveilleusement bien à la question pour les plus frileux de la nouvelle technologie.

Point de vue de l’utilisateur

Une maman très occupée avec un petit enfant de 3 ans doit préparer son repas en même temps que de bien veiller sur l’enfant. Elle fait cuire des pâtes et donne comme indication de les cuire “al dente” afin de ne pas se préoccuper de la casserole pendant une dizaine minutes car grâce à la directive donné la plaque va s’éteindre quand les pâtes seront “al dente”.

Concernant le frigo, cela va permettre à la maman, lors de ses courses pour préparer à manger, à ses convives du soir de vérifier ce qu’elle a déjà dans son frigo et quel aliment, il faudra consommer le rapidement possible afin d’éviter le gaspillage. Elle pourra même être informée d’une éventuelle recette à faire si elle est à cours d’idée pour ses invités. 

Pour visualiser tous les points de vue, prenons l’exemple d’un restaurateur équipé d’une cuisine intelligente. Lors des grands afflux de personnes dans le restaurant, le restaurateur et ses employés vont être débordés et servir des assiettes avec un manque de travail ou des plats moins bien préparés. Cette cuisine va leur permettre de passer du coup plus de temps aux assaisonnements, aux accompagnements et le plus important, le dressage de l’assiette.

Questions éthiques et déontologiques 

La grande première question, c’est ,comme à son habitude quand la technologie rentre dans la vie humaine, quels sont les côtés négatifs. Alors que la cuisine intelligente ne va en aucun cas nuire à notre vie quotidienne, elle va nous la faciliter. La présence de prises de données sera bien là, vu que l’assistance vocale (du même type qu’Alexa) est équipée d’une intelligence artificielle. Elle va prendre nos données pour connaître nos habitudes de vie. Au début, lorsque nous nous réveillons, nous faisons appel à Alexa afin que la machine à café nous prépare notre tasse matinale. Au fur et à mesure du temps, plus besoin de faire appel à l’assistance vocale, elle va comprendre que tous les jours, vous vous levez à une certaine heure et que vous allez donc prendre votre café. Elle va donc finir par automatiquement le préparer chaue matin. Du coup, une nouvelle peur va être créée, la peur de ne plus avoir aucun contrôle sur notre cuisine si tout s’automatise. 

D’un autre point vue, celui de la santé, vous serez en permanence entouré d’ondes. Des ondes qui peuvent être nocives à la santé humaine si nous y sommes exposés trop longtemps, et qui pourraient causer des problèmes de fertilité, sommeil, etc .

Rapport du sondage 

Nous avons réalisé un sondage à l’aide de la plateforme “google forms”, que nous avons posté auprès de notre communauté Facebook et Twitter. Nous avons eu un total de 16 avis concernant le sujet. Sondage réalisé auprès des personnes entre 18 et plus de 40 ans, nous pouvons donc en conclure sur ce propos que plus de 68% ont l’envie d’opter pour une cuisine intelligente. Mais au niveau de la restauration, ils sont beaucoup plus méfiants vis-à-vis cela, étant 68% ne désirant pas investir dans une cuisine intelligente pour leur restaurant.

Une personne nous a répondu face à ce sujet qu’elle serait ouverte d’avoir une cuisine intelligente pour son restaurant , du fait de la rentabilité qu’elle pourrait générer, la cuisine étant son outil de travail. Dans son cas, il s’agit d’un plaisir avant tout. 

Storyteller  

Nom générique du métier 

Storyteller, mot anglais qui veut dire « narrateur » ou « raconteur »

Description abrégée du métier  

Storyteller, cela consiste à raconter une histoire à travers un produit ou une marque ou un évènement pour créer une émotion, un sentiment et cela dans le cadre d’une stratégie marketing 

Description détaillée du métier  

Le story teller doit créer des histoires pour pouvoir donner une certaine image d’un produit, d’une marque ou d’un événement. Pour se faire, elle va devoir parler avec le client pour déterminer ce qu’il souhaite transmettre, faire de la recherche d’informations, de la réflexion pour créer l’histoire ainsi que déterminer le média adapté à l’histoire racontée. Le story teller fait de nombreux aller-retour chez le client afin de pouvoir améliorer la proposition d’histoire avant de se mettre à la réaliser. Il doit également faire un travail de veille et de formation aux nouvelles technologies. 

Mission :

créer des histoires réelles ou imaginaire lié à la marque ou le produit – créer une émotion et/ou capter l’attention des consommateurs afin qui se procure le produit ou la marque plus facilement 

Activités principales 

  • Identifier la cible pour mieux capter son attention 
  • Adapter son message en fonction de la cible 
  • Choisir comment présenter le message et sur quel support le faire

Qualité Compétences  : 

  •  Créativité, imagination 
  • Ouverture et curiosité d’esprit 
  • Bonne culture générale 
  • Qualités rédactionnelles 
  • Connaissances en communication et en marketing 

Évolution du métier : 

Dans le monde professionnel, nous avons toujours besoin d’un storyteller, chaque produit a toujours une histoire. Le métier évolue en fonction des nouvelles techniques de communication. Le storytelling est présent partout que ça soit des vidéos, annonces, pubs ou autres. Ce métier a appris à grandir avec les nouvelles fonctions qu’on a aujourd’hui. Aujourd’hui, le monde la vidéo est obligé d’avoir un storytelling attrayant afin de captiver l’attention des internautes. Ce métier va être en constante évolution et va essayer de savoir ce que la société veut. 

Définition d’un professionnel du multimédia:

Il s’agit de  quelqu’un travaillant dans le monde du numérique et qui utilise et intègre divers supports numérique dans son travail

Van Gogh – The immersive experience

Van Gogh – The immersive experience

Auteurs Cyril GOUSSET – Nicolas HOANG

Contenu général 

Il s’agit d’une exposition proposant de revisiter les œuvres de Van Gogh, retravaillées pour que celles-ci nous immergent à l’intérieur de celles-ci à l’aide de projecteurs et de réalité virtuelle. 

Lieu 

Cette exposition se déroule dans le bâtiment de la Bourse. Son but est d’immerger les visiteurs dans l’ambiance et l’univers de Van Gogh à l’aide de la technologie d’imagerie virtuelle dernier cri. 

Public cibles 

Un public de tous types et de tous âges était présent lors de l’événement. Cette expérience inédite au sein de la Bourse a attiré énormément de monde, qu’ils soient des touristes ou des habitants locaux. 

Choix du lieu 

On a choisi ce lieu pour pouvoir profiter de l’expérience VR d’une exposition d’art immersive. C’était une grande première pour nous de vivre ce genre d’expérience et de voir l’art lié au digital. Surtout de pouvoir essayer, dans ce genre d’évènement, le casque de réalité virtuelle, que nous n’avions jamais eu la possibilité de tester.

Concurrents 

Toutes les expositions qui font usage du casque de réalité virtuelle, mais cette activité est la première alliant l’art avec le digital, créant l’immersion grâce à la technologie d’imagerie virtuelle dernier cri en Belgique en tout cas. Beaucoup d’entre eux font souvent des expositions numériques en lien avec d’autres domaines, la culture, la musique et bien d’autres mais très rarement avec l’art.  

En France, il existe de nombreuses expériences immersives comme celle-ci, notamment à Paris.

Le cadre de l’activité / Décrire l’activité 

Prendre la bourse pour faire ce genre d’exposition est incroyable, le bâtiment est immense et bien choisi pour faire cela. 

Il s’agit d’une visite à travers la Bourse de Bruxelles nous présentant divers tableaux et œuvres de Van Gogh, revisité de manière à nous immerger dans l’univers de l’artiste à l’aide la réalité virtuelle et de projections animées des œuvres, agrémenté d’une ambiance sonore travaillée. 

L’exposition est composée de 5 salles différentes. La première salle en arrivant, est la présentation globale de l’artiste Van Gogh et son univers. Et comme élément clef de la pièce, un grand vase et un projecteur, pour donner vie au vase présent dans la pièce.
Ensuite on a accès à la toute grande salle composée d’une dizaine de projecteurs ainsi que de nombreux baffles pour nous imprégner dans l’exposition. Les différentes œuvres étaient projetées et mises en avant grâce à des animations et une musique qui nous entraine dans la même ambiance que l’œuvre.

il y avait également une autre petite salle avec les dernières œuvres de Van Gogh ainsi que la suite de son histoire. Une quatrième salle, plutôt dédiée aux enfants, qui leur permettaient de s’y prêter au talent d’artiste. Cette salle était aussi équipée d’un projecteur pour montrer les œuvres réalisées au cours de la journée.
La dernière salle se consacre plus particulièrement à la réalité virtuelle . Dans cette partie-là, on parcourait la vie de Van Gogh et on se retrouvait même à l’intérieur de sa peinture. Tout d’abord, nous retrouvions dans sa chambre, puis ensuite nous traversions tout son parcours artistique. Pour enfin finir, dans les champs de blé, qui fût l’une de ses dernières œuvres réalisées avant son décès.  

C’était impressionnant comment ils ont pu rendre le bâtiment de la bourse en une magnifique salle d’exposition en immersive. Tout l’ensemble était merveilleusement bien en raccord et harmonieux. Passer de la visite de la chambre à la salle principale, est une grande émotion, se sentir directement immergé dans l’univers de Van Gogh grâce au son et les projections sur les murs. 

Rapport avec le digital 

On pourrait se dire que cette exposition s’arrête juste à la VR mais il n’y a pas que ça qui est en rapport au digital. Les œuvres projetées nous amènent un autre coté digital, les animations créées, la musique en raccord, le mariage parfait pour nous immerger dans l’univers de l’artiste à l’aide du digital. 

Il existe beaucoup d’expositions en lien avec le numérique comme dernièrement ”les garages numériques OFF x THE DOME 360° experience” qui a eu lieu à Bruxelles. Tout à fait, le même genre que celui de Van Gogh mais celui-ci est lié à la culture et non l’art.
Les halles de Schaerbeek plus précisément l’exposition “Visions”ont également fait une alliance avec le numérique avec des installations hors du commun. Ici, l’enjeu des visiteurs joue un rôle pour l’expérience immersive. On est embarqué dans plein de types d’environnement grâce aux images, aux sons. 

Technologies embarquées 

La technologie d’imagerie virtuelle, elle permet de plonger les utilisateurs dans un univers à 360°. Pour permettre cela, la salle était équipée de projecteurs et des baffles pour transmettre le visuel et la musique pour une harmonie de l’univers de Van Gogh. Il y avait également des dispositifs de VR pour un autre type d’expérience. 

Mais les grands adeptes de l’art ne sont pas emballés par une expérience immersive. L’alliance du numérique et l’art ne ferait pas fureur. Beaucoup de personnes plutôt déçues après l’exposition Van Gogh. Ils ne retrouvent pas les mêmes émotions quand ils vont voir une exposition tout à fait basique sans alliance avec le numérique. Il y a ce manque de temps d’apprécier l’œuvre à sa juste valeur. Souvent pour les expositions numériques, il faut être présent dès le début, le commencement, si nous arrivons en plein milieu, nous ne comprenons pas directement ce qu’il se passe. 

Lien avec les cours 

Cette activité se rapportait à quelques cours comme motion design, son. Motion design, ce qui permet les animations des œuvres. Son, savoir coordonnée la musique avec ce qu’on désire faire passer. Mais également le cours de scénarisation, afin de comprendre tout l’acheminement des dispositifs de faire une belle approche de l’exposition. 

Lien avec des autres visites 

Aucune des visites effectuées n’avait réellement de lien avec cette exposition.  

Enjeux éthiques ou déontologiques 

Il n’y avait pas vraiment d’enjeux. C’était plus une expérience à vivre niveau immersion et le casque VR. Très peu d’expositions prennent l’art et le digital ensemble malgré que ça commence à prendre plus d’ampleur. Il y avait déjà cela en France. L’immersion commence à venir dans plusieurs types d’activités comme les Escapes Games, et bien d’autres. C’est pourquoi le “Van Gogh – the immersive experience” s’est prêté à ce jeu. Mais les expositions liées au numérique et digital, il y en a de plus en plus, comme nous avons pu citer plus haut. Mais il y a aussi des évènements gaming qui propose des expériences avec la réalité virtuelle. 

Pistes d’amélioration UX 

Dans la salle principale où nous étions immergés dans le monde de Van Gogh, nous aurions bien aimé être immergé totalement. L’expérience était seulement sur 4 facettes de la salle mais pas au sol et ni au toit. Il aurait été intéressant de faire les 6 facettes de la salle, ça nous aurait totalement immergé dans la totalité de l’ambiance voulu. Mais également de jouer avec un style 3D, et faire projeter des hologrammes pour les oiseaux qui volaient, ou même faire tomber la pluie en hologramme. Il aurait pu vraiment pousser le truc, l’immersion totale. 

Sources pour quelques petites infos : 
http://www.expovangogh.be/
http://www.halles.be/fr/257/1009/Visions

Living Tomorrow

Living Tomorrow

Auteurs Cyril GOUSSET – Nicolas HOANG

Lieu 

Living Tomorrow, anciennement appelé “la maison du futur”, présente les nouvelles inventions technologiques aidant la société à évoluer. Ce lieu se trouve à Vilvoorde.  

Contenu général 

Living Tomorrow est une société présentant des innovations technologiques qui changeront la société, du drone en passant par le frigo connecté et bien d’autres. Le but principal est de nous informer de ce à quoi il faut nous attendre comme nouveauté dans un avenir proche. Le guide nous explique en long et en large le fonctionnement des appareils et en quoi ils nous viendront en aide dans notre vie de tous les jours et les problèmes qu’ils permettront de les résoudre. 

Publics cibles 

Ce lieu attire toutes sortes de publics, accueillant plus de 150 000 visiteurs par an dont plus 10% sont des étudiants. Les nouvelles technologies, qui ont pour but de changer le monde ou améliorer notre société, touchent tout le monde, des plus jeunes au plus vieux, personnes célèbres ou non, car même le grand fondateur de Microsoft, Bill Gates, est venu faire une petite visite. Il propose également diverses activités selon le type de public.

Le cadre de l’activité / Description de l’activité 

Dans un premier temps, nous avons été amenés dans un petit auditoire afin que les personnes du Living Tomorrow nous explique ce que cet endroit est. Et pour couronner la fin de cette présentation une petite danse d’un robot. Ensuite, nous avons parcouru plusieurs salles, où nous avons pu voir une partie des nouvelles innovations et technologies durant notre visite. 

Il s’agit d’une visite guidée à travers différentes salles, chacune sur un thème particulier, nous présentant diverses technologies qui pourraient composer notre futur quotidien.  Les technologies sont fonctionnelles et des démonstrations de leur utilisation sont montrées en vidéo. On peut même parfois les tester nous-même, comme le miroir connecté.  

Lors de cette activité, nous avions pu voir dans un premier temps, une salle avec le miroir en question. Ce miroir permettait de nous donner diverses informations tels que la taille, rythme cardiaque, notre corps en forme squelette et bien d’autres. Ensuite, nous avions vu le drone secouriste avec un support vidéo explicative. Dans cette salle, il y a carrément le premier drone secouriste officiel exposé. Ensuite, le guide nous a montré une deuxième vidéo à propos des futurs lampadaires dont pourraient se doter les villes. Et pour la dernière salle, nous avions été dans la cuisine. Une cuisine 100% connectée et intelligente où nous avons pu voir quels emplois quotidiens nous pourrons faire avec cette cuisine. 

Suite à cette visite, nous comprenons certaines craintes que les personnes ont vis-à-vis de ces nouvelles technologies. Mais pour faire bouger la société, il faudra l’accepter à un moment.  Comme pour le drone ambulance, qui peut permettre d’intervenir en moins de 2 minutes, là où il est critique d’agir pour pouvoir sauver une personne puisque passé 10 minutes, il est souvent trop tard. Alors qu’il s’agit du temps qu’une ambulance mets à arriver, même si elle est toujours d’une grande importance pour pouvoir prendre en charge les patients après les premiers soins d’urgence.

Rapport avec le digital 

Ce sont toutes des inventions technologiques destinés à faciliter la vie de tous les jours. Pour une grande majorité d’entre elles, elles font usage de nos Mais malheureusement, pour beaucoup de personnes, c’est encore assez dur de l’accepter.  

Les enjeux éthiques et déontologiques 

Ces technologies ont le potentiel de changer la manière dont toute notre vie fonctionne, mais elles portent également le risque d’être utilisé à de mauvaises fins. L’assistance vocale, par exemple, qui écoute la moindre de nos conversations afin de satisfaire nos demandes mais qui crée le risque d’être espionné en permanence, que la machine qui nous écoute puisse connaître toutes nos habitudes et qu’elle puisse décider pour nous ce qui est meilleur. Certaines technologies causent aussi des désagréments, comme les lampadaires à détection de mouvement, certaines personnes peuvent se sentir déranger par une lumière qui s’allumerait soudainement durant la nuit. 

Effectivement, une grande peur s’installe auprès des personnes qui ne se sentent pas du tout prêt à accepter que notre société soit remplie de technologie. Il va falloir du temps avant de pouvoir s’acclimater à ce type de société, mais une partie est déjà prête à l’accepter. Mais aussi, ce projet est très couteux. La technologie fait peur pour la récolte de données personnelles, mais très peu de ces nouvelles innovations vont avoir accès à nos données. Il y aura juste des détecteurs de mouvements et des caméras désormais installés sur les chemins urbains. Et d’un certain point de vue, il faut se dire que le monde va d’office changer dans le futur, rien qu’en constatant les progrès niveau technologie, elle évolue très rapidement. Chaque année, il y a un nouveau progrès que ça soit dans de nombreux domaines, comme le domaine médical ou le domaine de l’urbanisme. 

Les technologies  

C’est un endroit qui regroupe toutes les nouvelles innovations tels que : 

  • L’assistance vocale (Alexa par exemple) qui permet de diriger tous les appareils électroniques, pour répondre à nos besoins ou pour répondre à toutes nos questions. 
  • La cuisine totalement connectée 
  • Les drones équipés avec des outils de premiers soins 
  • Les lampadaires à détection de mouvement 
  • Les passages piétons qui s’illuminent lorsqu’une personne traverse 
  • Le miroir connecté 
  • Et bien d’autres 

Pour nous illustrer toutes leurs innovations, ils nous faisaient visualiser leur utilisation via des vidéos. Mais il n’y pas de technologies à proprement parler à Living Tomorrow.  

Différences avec BelExpo 

N’ayant pas eu la possibilité de faire cette visite, nous sommes dans l’incapacité de répondre à la question. 

Pistes d’amélioration UX 

Ce sont des nouvelles innovations pour notre société, il aurait fallu qu’ils nous mettent à disposition des dispositifs qu’on puisse les tester, il n’y pas assez d’interaction entre le guide et les visiteurs, c’est juste une simple visite. 

Liens avec les cours 

Il est en lien avec le cours de Plateforme Collaborative car dans le cadre du cours, nous avions un travail à faire sur une nouvelle innovation qui va nous permettre d’aider et faciliter la vie dans notre société. Comme ce lieu rassemble toutes les nouvelles innovations impossibles et imaginables, que certains de nos nouvelles innovations que nous mettons en valeur dans ce travail, se trouve au Living Tomorrow. Et lors de cette visite, cela nous a apporté en plus une plus-value pour notre travail en Plateforme Collaborative. Effectivement, pour ce cours, nous avons imaginé une cuisine intelligente qui est 100% connectée et Living Tomorrow disposait de cela. Cela nous a donc permis d’avoir de plus ample d’informations pour notre travail. 

Liens avec les autres visites 

Digital First, où était présenté certains projets qui promettaient de changer certaines habitudes, comme les prochaines avancées en termes d’intelligence artificielle ou des applications permettant de voir comment un meuble peut s’intégrer au sein d’une maison. 

Sources pour quelques petites infos : https://www.livingtomorrow.com/fr
Sources pour l’image : https://www.google.com/url?sa=i&rct=j&q=&esrc=s&source=images&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwi_oqnb3KzfAhVE_qQKHa32AoMQjRx6BAgBEAU&url=http%3A%2F%2Fwww.smartcities.vlaanderen%2Fcommunity%2Fliving-tomorrow%2F&psig=AOvVaw3q4xiziFPFKpf47XXExwSf&ust=1545337438461513

(les autres images sont des photos prises par Nicolas)