Commande 3 (Wacil & Ayoub)

Wacil Anajar et Ayoub Azaoum

 

C’est à Vilvoorde, près de l’entrée du ring, dans un coin légèrement reculé et non loin d’une zone agricole que, se situe ce grand bâtiment nommé Living Tomorrow (anciennement appelé Maison du Futur).

Ressemblant à l’intérieur, à la fois à une expo, à un musée et parfois même à une maison. Living Tomorrow est l’endroit où l’on pense, réfléchis, innove, invente, créé, met en place de nouveaux concepts pour l’avenir. Son but est en effet d’améliorer le futur et ses conditions, anticiper ses besoins, ses avantages et ses inconvénients. Tout est mit et remis en question, la vie et le confort à la maison, les métiers du futur, l’évolution de la médecine, l’évolution de la production agricole et de la production de viande, le recyclage, etc.
Beaucoup de ses choses sont déjà mises en place, certaines sont prêtes à voir le jour ou sont voir même déjà d’actualité.

 

(Robot faisant une petite danse pour la présentation)

Pour nous expliquer tout cela, la sortie s’est faite en deux groupes, les présentations ont étés faites par deux guides différents, nous expliquant à chaque «ateliers» de quoi il s’agissait. En nous mettant à chaque fois en condition pour le futur : «Dites-vous que, imaginez-vous que» et «voilà ce qu’on pourrait faire/avoir/produire pour que…»

Il est clair que, concernant ce thème, le public cible est : Le monde entier. En effet il s’agit bien là
d’améliorer la vie de chacun, aussi bien du bambin que de l’enfant, de l’adolescent, du jeune adulte, de l’adulte ou du senior et ce, peu importe votre profession, confession, imagination, santé… Justement la santé est un des sujets principaux de cette «vie du futur». Cela va des simples draps anti-acariens aux pilules spéciales contre la Parkinson, ralentissant elles-même les tremblements des membres du corps.

(Lit avec draps anti-acariens)

Nous comprenons qu’il est en effet indispensable de penser à tous ses sujets relativement important pour améliorer notre avenir. C’est en se projetant que l’on pourra trouver une solutions aux problèmes les plus
basiques ainsi qu’aux plus sérieux. Si nous devions donnez notre avis personnel sur le sujet, cela évoque chez nous pas mal d’inquiétudes en même temps que mal t’enthousiasme, tout ceci suscite à la fois aussi beaucoup de questions.

Il est clair que concernant le digital les avancées technologiques sont immenses et, étant donné que c’est aujourd’hui entre les mains de tous, l’évolution ne peut être que digitale dans certains domaines. Les frigo avec écrans par exemple, nous permettant de faire nos courses de chez nous ou bien de vérifier les dates de péremptions de nos produits car, oui le frigo affiche ce qu’il y a dedans. Le digital est fondamentalement essentiel dans les recherches de Living Tomorrow. Les intelligences artifiecielles, les capteurs de mouvement, la réalité augmentée, la robotisation… Toutes ses technologies sont embarquées dans ce même futur.

(Frigo intelligent avec écran)

Il faut tout de même savoir que malgré toutes ces belles avancées technologiques, l’Homme réduira ses capacités à se débrouiller tout seul. En effet s’il on confie tout aux machines, l’être humain n’aura plus l’entretien de sa propre vie. Si un problème technique voit le jour, le consommateur se verra stoppé dans son élan, dans ses habitudes quotidiennes. Peut-être n’aura-t-il plus l’habitude de se débrouiller tout seul ?
Si demain nous remplaçons tous les escaliers du monde par des escalators, nos enfants n’auront jamais monté de marches de leur vie… Et si l’escalator tombe en panne ? N’ayant pas l’instinct de générer le mouvement «monter-descendre» avec leurs jambes, ils ne feront peut-être qu’attendre que ceux-ci se remettent en route ou alors, dans le cas contraire, ils rebrousseraient chemin ?
Par manque de réflexes, nous serions sûrement amené à attendre au lieu d’agir.

Pour faire une différence avec BelExpo, Living Tomorrow n’était que très peu interactif, il s’agissait seulement d’une visite guidée et quelques éléments seulement, nous étaient proposés à tester lorsque le produit nécessitait de l’interactivité. A BelExpo, la visite elle-même était basée uniquement sur l’interactivité.

Il est tout à fait logique de faire un lien avec les cours d’innovations car il s’agit ici des tâches du quotidien et de leurs améliorations. Il est forcé aussi de pensé à L’exposition Digital First à Tour et Taxi, étant donné que celle-ci présentait de nombreux métiers notamment liés au digital. Living Tomorow était principalement axé sur les métiers du futurs, l’évolution du monde implique forcément la création/disparitions des métiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *