Plateforme Collaborative : Commande 1

Le futur de l’apprentissage : Hologrammes Professeurs

Source: Google images

Dans un monde ou les enseignants sont lasse d’un manque cruel d’apprentissage, d’élèves inappliqués, inattentif, une solution s’ouvre aux écoles désireuses d’un nouveau souffle d’inculquer à leurs élèves.

Un hologramme complètement digital et réactif, remplaçant le professeur. Pré-enregistrer par ce dit professeur, le cours est donner en classe et les élèves plus assidus d’apprendre par une machine technologique.

L’origine de l’idée

Quels sont les problématiques que nous rencontrons beaucoup pendant nos années scolaires ?

L’absentéisme des professeurs. De plus en plus d’enseignants sont absents tout au cours de l’année scolaire. Comment pourrait-on remédier à ce problème ?

Un hologramme qui ne prendrait pas entièrement la place du professeur et qui lui ferait garder sa place d’enseignants dans l’institut. Le manque de motivations et concentration des élèves est aussi une problématique importante à souligner.

L’hologramme professeur

Source: Google images

Le monde scolaire n’a pas changé depuis son invention (pas tellement, les bases sont restées), et d’années en années nous remarquons un déclin d’attention venant des deux parties, les professeurs et les élèves.

 

 

Source: Google images

L’hologramme donne un regain de motivation et une envie de changer les règles préétablies depuis bien trop longtemps.

En quoi cette innovation pourra apporter une expérience positive ?

Les professeurs auront du répit pour repenser à leur choix/décision de devenir enseignants et pourront se concentrer sur leur décision ou non de continuer à enseigner. Tandis que les élèves auront une toute nouvelle approche d’un professeur et seront confronter à une méthode jamais vue.

De nos jours, les jeunes sont de plus en plus accrochés à la technologie. Ceci, dans presque tous les domaines. A l’école, la plupart viennent en cours avec leur PC. L’hologramme est seulement une suite logique à ce monde qui devient de plus en plus digital. C’est quelque chose de nouveau qui attirera les jeunes déjà habituer au digital dans leur quotidien.

En donnant donc envie aux étudiants d’écouter le cours ça leur permettra d’être plus concentrés sur la matière donner. Puis, bien évidemment s’ils sont plus concentrés, ils assimileront plus facilement la matière et finalement réussiront mieux leur examen. Tout cela, est un apport positif autant pour les élèves que pour les professeurs et institutions.

Ce qui ne change pas

L’apprentissage est la cible principale dans cette innovation et l’école n’est que question d’apprentissage. Les élèves auront leurs heures de cours et le programme reste le même, juste donner d’une manière différente.

Source: Google images

 

Rien n’est figé dans la vie, tout est en évolution, en révolution, en éternelle transformation. Donc on parle ici seulement de faire évoluer l’enseignement. En aucun cas nous parlons de changer radicalement les méthodes d’apprentissages.

 

Ce qu’a dit monsieur Levillez durant notre interview reflète bien l’idée autour de ce sujet :

« Il faut aussi savoir évoluer avec les nouvelles technologies on est passé du tableau noir à la craie à un tableau interactif avec stylet ou même manuel. Voilà, on s’adapte à la technologie et on l’utilise de façon à améliorer l’apprentissage et la réflexion de l’étudiant. »

Interview

Ceci est la retranscription en écrit de notre interview avec Monsieur Levillez, professeur en Psychopédagogie à la Haute Ecole Francisco Ferrer :

  • Pourriez-vous envisager de pouvoir enregistrez vos cours chez vous, filmez par une caméra pour qu’ensuite ils soient diffusés en cours sans votre présence ?

Donc je réponds directement oui. C’est quelque chose qui est envisageable, c’est quelque chose d’assez moderne et je veux dire en Europe ou en Belgique peu utiliser. Mais oui, je peux très bien me retrouver chez moi me faire enregistrer, me faire filmer et utiliser ce support à bon escient après dans le cadre d’un cours oui. 

  • Pensez-vous qu’une telle chose puisse être possible ? Et si oui, comment les élèves réagiraient ? Si non, pourquoi ?

Alors oui, c’est tout à fait possible et les élèves oui réagiraient bien mais comme j’ai déjà dit dans votre première question je crois qu’il est important de trouver l’utilité et le moment propice à l’utilisation d’un hologramme. C’est un plus, c’est comme quand on doit chercher dans un dictionnaire ou sur internet et bien l’hologramme peut servir de référence. Donc, à nous d’adapter nos habitudes pour rendre l’utilisation de l’hologramme efficace. 

  • Quelle est votre première pensée quand on évoque un hologramme ?

Je pense à la princesse Leia dans Star Wars, parce que la première fois que j’ai vu un hologramme c’était pour son appel de détresse quand elle était perdue dans l’espace. 

Mais, j’ai aussi entendu des expériences aux Etats-Unis ou un prof ou un étudiant venait avec un ordinateur portable :  il ouvrait l’ordinateur portable et branchait l’hologramme et donc on avait le professeur qui donnait son cours.

Alors à ce propos, je dirais quel est l’intérêt d’avoir le professeur en visuel alors qu’il pourrait très bien parler et on pourrait l’entendre comme une émission radiographique. Moi, je pense que le fait d’avoir du visuel, d’avoir les gestes ça apporte un crédit supplémentaire à ce qui est dit au niveau de la matière en elle-même.

De même qu’avec l’hologramme on peut ajouter des supports et donc montrer une image, montrer un procédé chimique ou autre en plus.

  • Pensez-vous qu’une telle invention ait sa place dans l’enseignement scolaire ?

Oui évidemment,  je pense que ça a sa place. Le tout est de pouvoir l’utiliser à bon escient je prenais l’exemple du dictionnaire, je prenais l’exemple d’une recherche sur Wikipédia, je pourrais prendre l’exemple de l’utilisation d’un smartphone ou autre. 

Dans l’enseignement tout a sa place, le tout est de l’utiliser « j’utilise toujours le mot à bon escient » ça veut dire qu’on doit utiliser cet outil ou ce produit dans un contexte pour que sa ait un sens et pas hors contexte : une simple reproduction de copier-coller. Non, c’est une référence comme une autre que l’on peut utiliser. 

  • Pensez-vous pouvoir être épanouie dans votre travail si les hologrammes prenaient une place plus importante dans le monde du travail ?

Alors là, je ne sais pas vraiment vous répondre. Pourquoi est-ce que je serais plus épanouie si je ne suis pas présent ? Justement, moi je trouve que le présentiel est important parce que je peux réagir spontanément et directement à l’intervention d’un étudiant quand y a une question. 

Le fait d’avoir un hologramme c’est comme si on filmait, c’est comme un film. Et donc, il n’y a pas d’interaction rapide et efficace. Ici, je suis sur le terrain je parle, je vois dans les yeux d’un étudiant une incompréhension :  je m’arrête et je reprécise. Tandis que le fait d’avoir enregistrer tout un cours ça ne me permettrait pas beaucoup d’attitude et de réajustement. 

  • Vu la place importante que prends la technologie actuellement dans notre société comment pensez-vous que cela pourrait impacter l’enseignement et entre autres votre métier d’enseignant d’ici 10 ans ?

Je pense que l’impact sera minime parce que ça fait partie d’une évolution générale et je pense de nouveau qu’on va passer par des moments « d’essais-erreurs » et qu’il va y avoir des cours pré-enregistrer sous forme d’hologramme qui vont exister. Et ce ne sera jamais qu’un petit plus ou qu’un outil supplémentaire et différent comme il y’en a toujours eu. 

Je pense que l’enseignement ne va pas se modifier plus que ce qu’il ne l’est. On va simplement utiliser je reprends le mot à bon escient la technologie. On a besoin d’un hologramme de deux minutes pour un cours ex-cathedra parce qu’on le fait à tel moment et on l’utilisera à tel moment.

  • Pensez-vous que changer certaine pratique de l’enseignement soit nécessaire? Ou au contraire préférez-vous garder les méthodes actuelles ?

Il faut à la fois garder ce qui est bon et changer. Ce qui veut dire, qu’il y a un ensemble de pratique qui sont classiques et qui ne sont pas à jeter. Parce que comme je disais, un enseignement frontal avec auto-réaction par rapport à ce que l’étudiant dit c’est important. 

Parce que c’est ça qu’il ne faut pas oublier, l’étudiant ce n’est pas un réservoir à savoir c’est quelqu’un qui doit réfléchir. On doit pousser la réflexion et tout ça, se sont des outils qui vont l’aider à plus réfléchir.

Voici le lien de notre interview audio  : https://soundcloud.com/chirine-msimar/interview-plateforme-collaborative/s-37V0b

Visual thinking

Point de vue de l’utilisateur

 

  • Professeur : Un site est donner et le cours doit entièrement être retranscris en parole. Après l’enregistrement, l’hologramme est programmé pour ce cours, si jamais il y a des données à changer, à tout moment le professeur peut le modifier sur le site qui fera une notification sur l’hologramme.

 

  • Ecole : L’école reçoit l’hologramme et un site sur lequel le professeur doit enregistrer son cours. Une fois la notification de l’enseignant reçu, l’hologramme est prêt pour le cours.

 

  • Etudiants : Dans toutes les classes le matériel approprié pour pouvoir projeter l’hologramme est mis en place. Le déclenchement de l’hologramme se fait à distance par l’enseignant lui-même ou un responsable designer auparavant pour cette tâche.

Cela se fait via le même site internet ou les professeurs auront préalablement enregistrer leurs cours. Seulement un administrateur (professeurs ou responsable) aura accès au portail privé pour pouvoir déclencher les hologrammes. A distance, l’hologramme se déclenchera en fonction du local communiqué aux étudiants pour le cours en question, du professeur et du cours approprié.

Voici un petit exemple pour pouvoir mieux comprendre : Julien a cours d’histoire de l’art à 14h00. Il rejoint tous ses camarades en classe à 13h55. A 14h pile, l’hologramme du professeur se déclenchera et leur séance de cours débutera.

Quels sont les bénéfices de notre innovation ? 

Grâce à cette innovation, les professeurs qui doivent s’absenter pour certaines raisons sauront tout de même donner leur cours aux élèves via l’hologramme.

Ceci, évitera donc des quelconques retards qui auraient pu être causés pour la matière. Un autre avantage de l’hologramme professeur est que ça permettra de pousser plus loin la réflexion des étudiants. Ce qui peut entraîner de meilleurs résultats scolaires.

Aspects éthiques et déontologiques

Cette innovation est conçue pour être dans les règles éthiques et déontologiques, tout est pensé pour.

Le professeur est payé aux heures de cours enregistrés, il est toujours présent pour répondre aux questions des élèves (par mail). Le professeur donne cours et son hologramme ne le remplace pas totalement.

Test à petite échelle

Nous avons effectué notre test sous forme de questionnaire via Google Forms. Notre public était les étudiants de l’enseignement supérieur. Pour être plus précis, les étudiants de notre test sont âgés de 18 à 26 ans. Tous étudiants dans une université ou haute école de la région de Bruxelles.

A travers ce questionnaire nous avons pu voir les différents avis de chacun par rapport à « l’hologramme professeur ». Une de nos questions les plus importantes était de savoir qui est pour et qui est contre cette innovation.

Ci-dessous, vous pouvez apercevoir le diagramme montrant les pourcentages des différentes réponses pour cette question. 58,8% des personnes ayant remplis le questionnaire sont pour cette innovation et 41,2% contre. pastedGraphic.png

Les avis sur le sujet sont mitigés. Bien que la majorité sois pour cette technologie la différence de pourcentage reste tout de même grande. Ce qui veut dire que parmi les étudiants que nous avons interrogé pour notre test à petite échelle « l’hologramme professeur » n’a clairement pas fait l’unanimité.

Quant aux raisons de leur choix, nous pouvons voir que dans les 58,8% d’étudiants qui sont pour « l’hologramme professeur » la plupart le sont car selon eux c’est quelque chose de nouveau et innovateur. Venons-en aux personnes qui eux sont contre cette innovation. Parmi ces étudiants, la majorité est contre car ils trouvent que dans l’enseignement le contact humain intégrale avec le professeur doit rester.

Bien que selon eux le contact humain prime. 17,7% des personnes qui sont contre l’idée de « l’hologramme professeur » pensent tout de même que l’enseignement supérieur tel qu’il existe aujourd’hui à bel et bien besoin d’évoluer. Les détails de cette analyse se trouve sur le diagramme ci-dessous issu de notre questionnaire.

Au total, 23,5% d’étudiants de notre test sont contre notre innovation et également contre une évolution quelconque dans l’enseignement supérieur. Ils sont donc satisfaits des méthodes d’enseignements actuelles et malgré l’ampleur que prend la technologie tout autour de nous selon eux l’enseignement ne devrait pas changer.

Nous devons souligner que le nombre de pourcentage de femmes ayant répondu à notre questionnaire est de 82,4%. Est-ce que le résultat de notre test aurait été différent si plus d’hommes y aurait répondu ? Nous ne le savons bien évidemment pas mais cela reste une possibilité.

Pour conclure, le résultat final de notre test sur notre public cible est positif. Puisque la majorité est pour cette innovation et pour une évolution de l’enseignement.

 

 

 

 

Auteurs: Chirine Msimar et Charlotte Porco

 

 

Sources:

https://www.picoku.net/tag/hologramme

https://www.emaze.com/@AQQRQFCL

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *