Rendre la ville de Mons connectée : un atout pour le tourisme ?

De plus en plus de villes dans le monde souhaitent devenir des « Smart Cities ». Il s’agit d’une ville qui utilise les innovations technologiques pour améliorer la qualité de vie et préserver l’environnement. Nous nous posons la question de la pertinence de tels dispositifs dans le domaine du tourisme, et nous nous dirigeons vers Mons.

Que propose déjà la ville de Mons en matière de technologies ?

  •  L’administration communale a mis en place une plateforme « e-guichet » pour permettre aux citoyens de recevoir des documents administratifs directement par courrier postal ou par mail (exemple : un acte de naissance).
  • La présence de la Ville et des différents partenaires sur les réseaux sociaux et internet.
  • Le wifi urbain est apparu à Mons vers 2013-2014. Cela permet ainsi aux citoyens et aux touristes d’avoir une connexion internet de qualité et gratuite. Actuellement, le système connaît quelques problèmes techniques et nous ne connaissons pas la durée de vie qu’aura ce dispositif.
  • MuseumLab, du pôle muséal, fait en sorte d’intégrer les nouvelles technologies dans les musées montois. Par exemple, on retrouve une expérience immersive au Mons Memorial Museum. Plusieurs musées utilisent des supports numériques comme l’Artothèque, le Musée du Doudou, …
  • Une application « Visit Mons » destinée aux touristes dans laquelle se trouvent plusieurs fonctionnalités comme « Où dormir ? » « Où manger ? » « Parcours », etc.
  • Aux niveaux des horodateurs, ceux-ci ont été remplacés en 2019. Ils ont plus modernes avec un écran tactile et un système de paiement par carte. Une application a également vu le jour pour prendre son ticket et payer son stationnement.

Certains projets digitaux existants pourraient être améliorés, notamment le service en ligne du service population car il ne fonctionne pas toujours bien.

Un facteur qui expliquerait le retard numérique de la Ville est le manque de fonds, de subsides. Mais avec la volonté, la participation des membres politiques et des citoyens, on pourrait mettre en place des projets numériques à moindre coût. Par exemple, la Ville de Wavre a créé son sa propre connexion wifi urbaine, elle-même.

Comment la Ville de Mons communique-t-elle en matière de tourisme ?

La première et la meilleure source d’information est l’Office du Tourisme « VisitMons », qui se trouve sur la Grand-Place. Elle possède un site internet (www.visitmons.be) qui est très bien fourni et qui possède tous les renseignements nécessaires pour découvrir Mons.

En parrallèle, l’équipe de VisitMons est très active sur les réseaux sociaux notamment avec leur page Facebook, qui possède un trafic de visite important. Ils sont également présents sur Instagram, YouTube, Twitter et Google+.

Et en matière de culture ?

La Ville de Mons n’a pas vraiment UN acteur bien précis centralise les manifestations et infrastructures culturelles. Voici les différents acteurs : le Pôle Muséal, le Théâtre Royal, Mars, la Fondation 2025, et le Service Culture.

Écosystème étudié : quels sont les acteurs ?

Faire de Mons une « Smart City » : quels avantages ?

L’usage des technologies à Mons permettrait de :

  • Faciliter le travail,

  • Limiter les coûts,

  • Rendre certaines actions plus interactives.

Mais surtout cela pourrait solutionner plusieurs problématiques présentes dans l’agglomération, notamment au niveau de la mobilité, de la sécurité, de l’éducation, de l’environnement, ou encore de la santé.

Si un dispositif était mis en place, quelles questions devrions-nous nous poser ? Et quelles hypothèses pourraient être émises ?

1. Quels sont les changements dans l’écosystème ?

  • Un nouvel acteur se crée, la technologie numérique.
  • Les responsables du tourisme deviennent médiateurs entre les technologies de la Smart City et les citoyens.
  • Le pouvoir public a un contact plus direct avec les citoyens.

2. Sur quelles bases de données s’appuyer et lesquelles utiliser ?

  • Instauration d’une récolte de visites grâce aux sorties et entrées des bâtiments touristiques. 
  • Création d’un algorithme.
  • Les réseaux connectés.

3. Sous quelle forme connecter la ville de Mons pour en faire une Smart City touristique ?

  • Une application mobile

Freepik

Comme dit précédemment, une application mobile existe déjà pour la Ville de Mons. Il s’agit de « VisitMons ». Elle a été téléchargée plus de 15000 fois et est un indispensable pour découvrir Mons et ses alentours ! Disponible sur l’AppStore et le PlayStore, on y retrouve les itinéraires/parcours de visite, les activités à faire, les restaurants, les logements, les endroits branchés, un agenda, les manifestations culturelles, les musées, … 

Après avoir tester l’application, nous trouvons celle-ci très pertinente et bien fournie pour des touristes, avec une bonne expérience utilisateur. Par contre, nous trouverions intéressant soit de rajouter des catégories en plus dans l’application « VisitMons », soit de créer une autre application destinée aux citoyens où on pourrait retrouver les informations utiles comme le ramassage des déchets, le programme détaillé des évènements, les horaires des services communaux, la retransmission en live des conseils communaux, …

Cependant, présenter la ville de Mons sous forme de visite interactive avec une géolocalisation qui permettrait aux utilisateurs de trouver des restaurants, hôtels, musées, monuments, etc. qui se trouvent à proximité d’eux serait intéressant et cela n’existe pas pour le moment.

On pourrait également retrouver plusieurs fonctionnalités telles que : 

  1. Agenda : calendrier qui reprendra toutes les dates d’exposition à ne pas rater, personnalités qui se rendent à Mons, … .
  2. Autour de moi : le plan pourrait également être repris sous forme d’une liste dans laquelle se trouvent hôtels, musées, restaurants, bars, … à proximité. Cette liste pourra être personnalisée à l’aide de filtres.
  3. Communauté : section dans laquelle les utilisateurs pourraient partager leur expérience sur telle ou telle infrastructure.

L’application existante contient certaines de ces fonctionnalités mais les améliorer et les rendre plus attrayantes augmenterait les avis positifs des utilisateurs.

  • L’installation de bornes

Freepik

Les bornes interactives représentent de nombreuses opportunités pour valoriser le territoire.

  1. Au niveau de l’office du tourisme : cette solution apporterait aux touristes toutes les informations dont ils ont besoin pour profiter pleinement de leur séjour, et ce, 24h/24 7j/7. Ces derniers pourraient avoir accès aux informations en plusieurs langues et pourraient laisser leur avis sur les activités touristiques.
  2. Pour la valorisation des monuments : l’histoire du monument, des photos d’époque, des documents audiovisuels,… .

  • Les sites web, les gadgets technologiques

Un site web “visitmons.be” existe déjà 

4. Quel avenir pour les responsables du tourisme servant de lien entre le pouvoir public et les citoyens ?

  • L’usage des nouvelles technologies dans la Ville aura un impact sur l’emploi. En effet, les différentes infrastructures digitales remplaceront le travail de certains membres du personnel de la Ville de Mons. Il s’agit, à nos yeux, du seul inconvénient pour Mons de devenir une “smart city …
  • Mais pour éviter la perte d’emploi de plusieurs travailleurs, notamment les plus anciens, des formations seraient organisées pour leur permettre de comprendre comment les intégrer dans leur travail et apprendre à les utiliser correctement. Cela va permettre ainsi aux employés d’acquérir de nouvelles compétences.
  • Qui dit nouvelles technologies, dit potentiels problèmes techniques et donc du personnel de maintenance  sera recruté et formé pour pouvoir s’assurer du bon fonctionnement des outils numériques.  

En guise de conclusion, reprenons notre question de départ qui est : « Faire de Mons une ville connectée, un atout pour le tourisme ?« 

Selon Guillaume Soupart, conseiller communal à la Ville de Mons (Groupe Mons En Mieux), les touristes ne viendraient pas juste parce que c’est une « smart city » mais cela ferait partie d’une appréciation globale dans une expérience, un voyage. Tout dépend aussi de quel type de personnes nous visons à attirer. En effet, si l’on veut attirer des touristes qui ne bougent pas beaucoup, Mons paraît très bien tandis que si l’on veut attirer des touristes qui voyagent beaucoup (Angleterre, Etats-Unis, Australie, …), dans ce cas-là ça sera peut-être un plus qui améliorera leur expérience.

BANETON Sarah, DESCAMPS Nicolas, JUSZCZAK Perrine

Bibliographie

  • DEPRET, Alain. Smart cities : Mons et Sambreville. Mouvement Communal. Juin-Juillet 2017, n°919, p28-33, URL : http://www2.uvcw.be/no_index/articles-pdf/6869.pdf
  • BREUX, Sandra et DIAZ, Jérémy. La ville intelligente : origine, définitions, forces et limites d’une expression polysémique. INRS. Paris : INRS, 2017, 37p. URL : http://espace.inrs.ca/4917/1/Rapport-LaVilleIntelligente.pdf
  • FAURE, Elliott. Intégrer le numérique dans la stratégie de développement d’une Structure Touristique Territoriale [en ligne]. Master tourisme et hôtellerie. Toulouse : Université de Toulouse ii – Jean Jaures – Institut Supérieur du Tourisme, de l’Hôtellerie et de l’Alimentation, 2014-2015. Disponible à l’adresse : http://elliottfaure.com/assets/files/FAURE_ELLIOTT_M2_TD.pdf
  • Jonckheere, Laurent ; De Coninck, Aurélien. « L’état d’avancement de l’Internet des Objets dans le secteur de la maison intelligente, de la distribution, de la ville intelligente et plus particulièrement des soins de santé́ : le consommateur belge est-il prêt à adopter l’usage de la surveillance à distance dans ce secteur ? ». Louvain School of Management, Université catholique de Louvain, 2019. Prom. : Schuiling, Isabelle. Disponible à l’adresse : https://dial.uclouvain.be/memoire/ucl/object/thesis:20596
  • Eric Corijn, Christian Vandermotten, Jean-Michel Decroly et Erik Swyngedouw. Bruxelles, ville internationale. Note de synthèse, EGB nº 13. Brussel, internationale stad Brussels as an international city. Bruxelles : 2009. [Consulté le 12 février 2020]. Disponible à l’adresse : https://journals.openedition.org/brussels/991
  • Camal Gallouj et Erick Leroux. E-TOURISME, INNOVATION ET MODES D’ORGANISATION Management Prospective Ed. │ « Management & Avenir » 2011/2 n° 42 | pages 213 à 231. Disponible à l’adresse : https://www.cairn.info/revue-management-et-avenir-2011-2-page-213.htm
  • Interview du Conseiller communal Guillaume Soupart (Mons En Mieux).
  • Contact en cours pour les deux autres interviews : Echevine de la Culture et Responsable de MuseumLab

Annexes

Méthodes de recherche utilisées

Premièrement, afin de comprendre la relation entre les entreprises (le pouvoir public) et les citoyens, nous utiliserons l’observation immédiate

  • Dans un premier cas, nous nous rendrons dans l’office du tourisme en tant que touriste et poserons des questions à un employé pour voir les renseignements/conseils, qu’il donne aux touristes, etc.
  • Dans un deuxième cas, nous demanderons l’accord à l’office du tourisme pour nous faire passer pour un employé (tout en restant encadré par un vrai employé) afin de voir comment agissent les touristes, pourquoi ils viennent, quelles questions ils posent, etc.

Deuxièmement, afin d’obtenir des témoignages où l’interviewé peut exprimer ses sentiments et/ou ses émotions, nous réaliserons une interview qualitative en approche directe envers les citoyens.

Exemples de questions que l’on poserait :

  • Qu’évoque pour vous le terme « Smart city », une ville qui utilise les innovations technologiques pour améliorer la qualité de vie et préserver l’environnement ?
  • Comment imaginez-vous une Smart city ?
  • Que pensez-vous des attractions touristiques existantes dans la ville (musées, monuments, activités, évènements, …) ?
  • Quelle est la meilleure découverte (que ce soit restaurant, musée, hôtel,…) que vous ayez faites/expérience que vous ayez eue dans Mons ou dans une autre ville ? Racontez-la nous.
  • Quelles technologies utilisez-vous dans votre vie quotidienne ?
  • Quelle place la technologie prend-elle dans votre quotidien pratique ? (en avez-vous besoin pour vous déplacer, pour choisir un restaurant, pour commander, …)
  • Pensez-vous qu’une application mobile sur la ville de Mons serait intéressante ? Si oui, qu’aimeriez-vous trouver dans cette application ?
  • Pensez-vous que le tourisme pourrait augmenter si on rendait la ville de Mons connectée ? 
  • Selon vous, concernant la ducasse du Doudou, qu’est-ce qu’on pourrait lui ajouter afin de la rendre plus connectée ? Et serait-ce souhaitable ?

Dernièrement, afin de récolter des informations importantes sur notre sujet, nous réaliserons une enquête structurée à laquelle les citoyens répondront tout seul. 

Voici le questionnaire réalisé :

Nous sommes trois étudiants en écriture multimédia qui menons une enquête sur les Smart Cities. Notre problématique est : « Faire de Mons une ville connectée : un atout pour le tourisme ? ».  Ce questionnaire a pour objectif d’identifier les touristes se rendant dans la ville de Mons et d’apprendre à plus les connaître. Votre avis nous est donc extrêmement précieux et nous vous remercions d’avance pour le temps consacré à ces questions.

Pour répondre aux questions, veuillez cocher la case adéquate.

Ce questionnaire est et restera strictement confidentiel.

1. Êtes-vous originaire de Mons ?

Réponse : OUI – NON

2. Utilisez-vous les nouvelles technologies régulièrement (smartphones, ordinateur, console, réalité virtuelle, …) ?

Réponse : OUI – NON

3. A quelle fréquence venez-vous dans le centre-ville montois ?

Réponse : Échelle fourchette

  1. Une à deux fois par mois
  2. Plus de deux fois par mois
  3. Une à deux fois par an
  4. Plus de deux fois par an
  5. Autre

4. D’après vous, quelle est l’importance accordée aux nouvelles technologies par la ville de Mons ? Indiquez votre choix par un nombre sur une échelle de 1 à 10.

Réponse : Échelle de 0 à 10

5. Avez-vous déjà visité des infrastructures numériques dans la Ville de Mons (musée et espace public) ?

Réponse : OUI – NON ; Si oui, quoi ?

6. Avez-vous déjà entendu parler du concept des « Smart Cities » (Traduction : Villes Intelligentes) ?

Réponse : OUI – NON

7. Selon vous, est-ce que des supports numériques dans les musées de la ville pourraient attirer encore plus de touristes ?

Réponse : OUI – NON 

8. Connaissez-vous d’autres villes belges ou d’autres pays qui utilisent les nouvelles technologies dans l’espace public ?

Réponse : OUI – NON ; Si oui, veuillez indiquer quelle(s) ville(s) et quelles sont les infrastructures installées.

9. Parmi cette liste, quelle technologies seraient intéressantes d’installer à Mons ? Veuillez mettre un numéro de 1 à 10, pour classer les différents items selon vos préférences.

Réponse :

  1. … Une connexion wifi gratuite dans le centre-ville
  2. … Des stationnements prévus pour voitures électriques
  3. … Tablettes tactiles pour visiter la ville sous forme de jeu, par exemple
  4. … Véhicules électriques partagés
  5. … Éclairages publics intelligents
  6. … Transport en commun écolo
  7. … Feux de signalisation géré à distance

10. D’après vous, des infrastructures digitales permettraient-ils de pallier à des problématiques existantes dans la ville comme le tourisme, la mobilité, la santé, etc. ? À quoi pensez-vous ?

Réponse : OUI – NON ; réponse libre

11. Sexe ?

Réponse : Masculin / Féminin

12. Âge ?

Réponse : libre

13. Aimeriez-vous ajouter quelque chose par rapport aux sujets abordés ?

Réponse : libre

Merci d’avoir participé à notre enquête !

Interview réalisée avec Guillaume Soupart, conseiller communal à Mons

1. Pour vous, quand on parle de smart city, à quoi cela vous fait pensez ?

« Le but principal est d’utiliser les technologies dans la gestion de la ville. Il y a différents aspects notamment ; permettre de faciliter le travail, de rendre certaines actions plus interactives et de limiter les coûts, autrement dit, ça revient moins cher si les nouvelles technologies font certaines choses à notre place.

Les principaux points d’une smart city : la mobilité (smart-mobility : pas encore mis en place à Mons), le tourisme, l’administratif (e-guichet, boite mail pour le personnel de la Ville de Mons, …), l’éducation (accessibilité des nouvelles technologies dans les écoles, …) »

2. Quels sont déjà les supports numériques existants ?

  • E-guichet ;
  • Plateforme qui reprend tous les documents du conseil communal ;
  • Les vecteurs de communication via les réseaux sociaux (page de la Ville, du pôle muséal, …) ;
  • Au niveau des écoles, c’est plus les Directions qui se « bougent » pour intégrer les nouvelles technologies que la Ville de Mons (Tableau interactif, …) ;
  • Wifi urbain (Interpellation sur son site web www.guillaumesoupart.be et articles de presse dispo sur internet). Le wifi urbain a commencé en 2012 (inspiré de la ville de Luxembourg). Marcourt qui était ministre à l’époque voulait débloquer 3 millions uniquement pour la Ville de Mons mais les autres villes voulaient aussi recevoir des fonds. En 2013-2014, le wifi a été installé à Mons. Pour l’instant, le wifi ne fonctionne pas bien et va peut-être disparaitre. Le wifi urbain c’est pas une priorité mais c’est un plus car ça permet d’avoir une meilleure connexion que la 4G, pour les personnes qui souhaitent travailler en Ville, … ;
  • Museumlab qui intégre les nouvelles technologies dans les musées (ex : l’Artothèque, projet au BAM, expérience immersive au MMM, quelques supports numériques au musée du Doudou) ;

« Il n’y pas encore grand-chose en matière de digital à Mons. Certains projets digitaux existants pourraient être améliorés notamment le service en ligne du service population car ils ne fonctionnent pas toujours bien. »

3. Quelle est la position de la Ville de Mons par rapport cette nouvelle tendance ? (Pour ? Contre ?)

« La Ville n’est pas contre mais dans les faits, il n’y a pas grand chose qui se fait. C’est aussi une question de subsides. À Mons, tant que l’on n’a pas de subsides on ne fait rien alors que la Ville de Wavre a fait son wifi urbain tout seul, sans subsides. Outre les subsides, c’est une question de volonté politique et de là où on souhaite investir l’argent.

À Mons en Mieux, c’est une thématique qui nous est proche car les élus sont jeunes, ils s’intéressent au wifi urbain, à la mobilité pour avoir des panneaux interactifs, aux salles de gym connectées (la première va arriver bientôt à l’école de Saint-Symphorien), …

La Ville vient de recevoir un subside de la Commission Européenne (15.000€) qui va enfin permettre de mettre du wifi dans les écoles, alors qu’on est en 2020 …

Les bons de commande électronique seraient intéressants à mettre en place pour que tous nos actes administratifs soient faits par internet. »

4. Pensez-vous que si Mons devient une smart city, cela augmentera le tourisme ?

« Je ne pense pas que les gens viendraient parce que c’est une smart city mais ça fait partie d’une appréciation globale dans une expérience, un voyage.

Ça dépend aussi qui nous voulons attirer. Si l’on veut attirer des touristes qui ne bougent pas beaucoup, Mons paraît très bien tandis que si l’on veut attirer des touristes qui voyagent beaucoup, dans ce cas là ça sera peut-être un plus qui va améliorer leur expérience.

Le lien entre nouvelles technologies et tourisme n’est pas forcément flagrant ! »

5. Y a-t-il des fonds mis en place ?

« Pas vraiment. »

6. D’après vous, des infrastructures digitales permettraient-elles de solutionner des problématiques comme la mobilité, la sécurité, l’écologie notamment pour les industries, la santé, la biodiversité, … ?

« Dans la mobilité, ce qui est intéressant c’est à la fois la sécurité des usagers grâce à des dispositifs lumineux/intelligents (exemple : À Liège, passage piétons lumineux) et aussi pour gérer sa congestion de voiture, les technologies peuvent aider : si on répartit mieux les voitures, on peut mieux indiquer vers où aller, les itinéraires bis, (exemple : l’autoroute qui arrive jusque Lyon, les panneaux sont lumineux et permettent d’indiquer, en fonction du flux actuel, à quelle vitesse il faut rouler pour essayer de ne pas tomber dans les embouteillages)

Sécurité : caméras, bodycam, luminaires connectés pour surprendre les gens qui font des dérives, …

Environnement : énergie renouvelable, technologies pour mieux gérer sa consommation d’électricité, …

Santé : écrans dans les nouvelles chambres de l’hôpital Ambroise Paré, dispositifs connectés hors et dans le patient (ex : pacemaker), … »

7. Fondation 2015 qui se transforme en fondation 2025 ?

« La Fondation poursuit ce qu’ils ont fait auparavant avec une grosse réduction de personnel, étant donné qu’il n’y a pas les mêmes subsides.

Au niveau culture, c’est pas très structuré, clair car beaucoup de partenaires, d’acteurs : Mars, théâtre royal, pôle muséal, service culture, Fondation 2025, … Ce serait plus intéressant d’avoir une seule structure pour avoir une vision globale. »

8. Dans cette liste, quels seraient les premiers projets qui pourraient être mis en place, aujourd’hui, à Mons ?

  • Une connexion wifi gratuite dans le centre-ville : « Pas optimale mais elle existe. »
  • « Supprimer l’usage de la voiture en zone urbaine. »
  • Stationnements prévus pour voitures électriques : « Avoir des bornes dans le centre-ville. La Ville a déjà mis en place des stationnements 30 minutes, partenariat avec Cambio (voiture partagée), .. »
  • « Payer par carte partout avec bancontact ou app. »
  • Utilisation de l’énergie solaire pour chauffer l’eau : « Ecolo a eu des subsides pour mettre des panneaux solaires : diminuer la consommation énergétique des bâtiments. »
  • Électricité 100% renouvelable : « Compliqué d’arriver à 100% mais oui, ce serait l’idéal. »
  • Installation de panneaux solaires sur les toits des immeubles, des magasins, … : « Ils vont en mettre sur le bâtiment de l’administration communale. »
  • Visite interactive/virtuelle de la ville de Mons (exemple : tablettes tactiles pour visiter la ville sous forme de jeu) : « Dans les musées ça existe mais pas dans la Ville (ex : application interactive dans la Ville, …). »
  • « Véhicules électriques partagés. »
  • « Réduire la taxe sur les taxis pour les pousser à avoir des véhicules électriques (ex : A Barcelone, tous les taxis sont quasi des hybrides). »
  • « Créer une application pour les taxis comme le modèle uber et revoir les prix aussi. »
  • « Éclairage publiques intelligents. »
  • Transport en commun écologique / Gratuité des transports en commun : « la gratuité c’est bien facile mais il y a toujours quelqu’un qui paie à la fin (ex : Grand-Duché est passé à la gratuité car ils ont beaucoup d’avantages). »
  • Potagers urbains : « créer une application pour la gestion des potagers mais le problème des applis c’est que ça demande un coût important. »
  • « Feux de signalisation gérés à distance. »
  • Robotisation : pour faciliter le travail des employés communaux et intelligence artificielle : « Pas encore pour l’instant. »
  • Création d’un application mobile disponible pour tous les citoyens de la commune. Sur cette app, ils retrouveraient les infos nécessaires sur la ville, les infrastructures mises en place, … : « Pour l’instant, ils ont une app VisitMons mais c’est orienté pour les touristes. Ce serait sympa de créer une appli avec les évènements du jour, … »
  • « Concernant la mobilité, Londres a été précurseur en instaurant dès 2003 un péage pour les automobiles. La ville a également développé un système d’incitation à la marche : les piétons sont accompagnés tout au long de leur parcours grâce à des bornes interactives. » : compliqué pour une Ville comme Mons.