Creative Lab : Sortie BrailleTech

Le salon BrailleTech 2018

BrailleTech

Le BrailleTech est un salon d’aides techniques visuels organisé par la Ligue braille. Elle a lieu à Saint-Gilles (rue d’Angleterre n°57).

Il s’agit d’un Salon dont l’une de ses missions est d’offrir l’opportunité au public d’entrer dans le quotidien des personnes ayant des déficiences visuelles.

Pourquoi ? Afin de les familiariser avec leur condition et d’en apprendre plus sur les matériaux mis à disposition. Comme des téléphones adaptés, des vidéo-loupes, des loupes optiques, des barrettes braille, des synthèses vocales, des logiciels d’agrandissement, et bien d’autres choses…  

 

Ces nouveautés sont décisives en termes d’aides car elles facilitent énormément certaines tâches des personnes malvoyantes autant à la maison qu’à l’école ou tout simplement au travail.

Ces outils assurent l’autonomie aux personnes ayant des troubles visuels et garantissent l’accès à l’information et à la communication grâce à l’utilisation de l’informatique mais également du digital. 

Que propose le salon BrailleTech ?

L’événement « BrailleTech » présente une série d’outils digitales et technologiques permettant d’aider les personnes avec des déficiences visuelles.  

Des stands ont été établis dans le but de promouvoir certains produits, pour la plupart pas encore disponible ou en tout cas très peu sur le marché. Les représentants des marques exposées dans le salon présentaient des produits de manière assez complète et explicatif. 

Concurrents de l’événement :

Nous n’avons pas remarqué de concurrents extérieurs au salon, cependant le salon expose des marques qui sont toutes concurrentes entre elles.  

Pourquoi la BrailleTech ?

En cherchant des expositions digitales, nous sommes tombés sur le salon « BrailleTech ». Lors de nos recherches nous nous sommes rendu compte que l’exposition nous offrait une nouvelle perspective sur les difficultés qu’ont les personnes ayant des déficiences visuelles qui nous étaient encore inconnus.  

Les publics cibles

Les personnes ayant des déficiences visuelles, les malvoyants, les non-voyant et les personnes accompagnantes. Le public cible le plus important est celui qui regroupait la majorité des invités, étant les personnes ayant des déficiences visuelles. Les activités proposées et les produits vendus visaient ce public.  

 

Description de l’activité : 

Loupe électronique portable ‘Connect 12’ par VanLent Systems :

Connect 12

 

Le Connect 12 est une tablette loupe portable ayant de multiples fonctions et adapté pour toutes âges allant des ainés actifs, professionnels, universitaires jusqu’aux enfants de primaires.


Sa fonction la plus importante étant d’être un agrandisseur électronique d’une facilité d’utilisation inégalée sur le marché des malvoyants. Avec 7 différentes fonctions + un accès internet, la tablette propose : 

  • Une calculatrice.

 

  • Une bibliothèque ou stocker ses livres.

 

  • Une loupe qui permet d’agrandir n’importe quel document, il suffit de passer la feuille du document sur le plan de la tablette, le document s’affiche directement sur la tablette et s’agrandit selon la volonté de la personne.

 

  • Une fonction Lire ; le texte est lu par la tablette, plusieurs vitesses de lecture sont proposées.

 

  • Une galerie pour tous les documents besoin.

 

  • Des paramètres.

 

  • Un menu aide.  

Le stand Van Lent Systems présentait sa gamme de produit de loupes d’écran où une utilisation de chaque produit était encouragée, déficiences visuelles ou non, le présentateur prend le temps d’expliquer au mieux ce qu’ils vendent.  

Ci dessous: Explications du produit par le vendeur 

Cet appareil a de multiples fonctions très intéressantes. C’est un appareil complet pour les personnes qui ont des déficiences visuelles, des enfants jusqu’aux personnes âgées.

Il sert à la fois de tablette et de compagnon indispensable pour la vie d’étudiant et même de petit écolier.   

Nous avions conscience que les personnes malvoyantes encouraient des difficultés dans leur quotidien mais nous ne connaissions pas les solutions possibles.  

Après la visite du salon, nous nous sommes rendu compte que la technologie critiquée par certains pouvait avoir un impact très positif sur la vie des gens. Notamment des personnes avec des déficiences visuelles car grâce à la technologie les différentes tâches qu’ils doivent effectuer au quotidien est nettement améliorées. Ce qui leur permet d’avoir un cadre de vie meilleur et de pouvoir contribuer de manière plus autonome à la société.   

Se mettre à la place d’une certaine manière dans la vie d’autrui comme nous l’avons fait avec Braille Tech nous fait apprécier davantage ce que l’on possède au quotidien. 

En quoi cela se rapporte au digital ?

Cela se rapporte au digital tout simplement car le Salon expose des outils où l’information et la communication sont liés l’un et l’autre grâce aux prouesses et à l’avancé de l’informatique.

Des objets de communication sont nées afin de pouvoir solliciter une aide aux personnes possédant des déficiences visuelles. De cette façon, le digital aide ces personnes en leur prodiguant un support matériel digital avec lequel ils peuvent entrer en interaction.

Par exemple en leur montrant un ensemble de photos/d’images, d’enregistrements audios/sons, de caractères, des phrases, des chiffres, etc…  

Enjeux éthiques et déontologiques :

Bien qu’ayant des aides mises à disposition pour les personnes n’ayant pas les ressources financières suffisantes pour se procurer ces produits, le cout reste trop exorbitant pour la majorité.  

Quelles sont les technologies embarquées ?  

1. La synthèse vocale et la barrette braille : 

Au salon BrailleTech nous avons retrouvé plusieurs technologies qui peuvent solliciter une aide aux personnes ayant des déficiences visuelles ou étant non-voyants tel que la synthèse vocale qui traduit de manière audibles les données qui sont à l’écran de l’ordinateur via un haut-parleur. C’est une technologie faite pour les personnes aveugles et malvoyantes.

On y retrouve aussi la barrette braille, c’est une sorte de clavier pour ordinateur en braille. Ce clavier sert à vérifier et corriger l’orthographe si nécessaire.

Au-dessus de la barrette braille se trouve des claviers avec les lettres agrandit qui facilite l’usage de l’ordinateur pour les personnes malvoyantes.

Les objets et logiciels sont complémentaires, on les rajoute simplement à un ordinateur classique.

Cela fonctionne de manière très simplifiée : Disons qu’une personne aveugle souhaite rédiger un texte sur son ordinateur. Grâce à la synthèse vocale elle pourra réciter oralement ce qu’elle souhaite écrire. Puis, cela apparaît sur l’écran.

Vient alors la barrette braille qui servira d’outil pour vérifier si le texte a bien été traduit et si ce n’est pas le cas corriger les fautes faites par la synthèse vocale.  

 

 2. La machine à lire « EasyReader » : 

La machine à lire est également une technologie qui permet de lire n’importe quel document en plusieurs langues. Il suffit de poser le document dans la machine pour qu’il le lise. C’est un appareil tellement simple à utiliser que même les personnes non-voyantes peuvent l’utiliser.  

 

 

3. Lunettes vocales :    

Lunettes vocales

A côté de ça nous avons aussi pu apercevoir ce qu’on appelle des lunettes vocales.

C’est un petit appareil avec une caméra qui s’accroche aux lunettes et qui permet de lire des textes à haute voix via un haut-parleur intégrer dans les lunettes.

La lecture commence dès que vous pointez du doigt n’importe quel texte. Ces lunettes vocales sont également dotées de la reconnaissance faciale. Vous pouvez « enregistrer » des visages et lorsque vous les verrez l’appareil les reconnaîtra et vous dira leurs noms. Il peut aussi enregistrer des produits. 

 

 4. La vidéo-loupe parlante intelligente : 

Vidéo-loupe parlante

La vidéo-loupe parlante sert à lire les documents à voix haute ou à retransmettre le texte qui sera agrandi sur l’écran pour pouvoir le lire.

En utilisant la petite manette on peut régler la taille du texte. Également la couleur de l’arrière-plan car la lecture sur un fond blanc a tendance à fatiguer les yeux rapidement et switcher de lecture normale à la fonction lecture à voix haute.  

L’écran est tactile, on peut donc effectuer toutes les fonctions en appuyant sur les touches à l’écran. C‘est pratique si on ne souhaite pas utiliser la manette.

Après avoir terminé, il suffit simplement de retourner la manette en la déposant dans le petit espace approprié pour éteindre l’appareil.  

 

Pistes d’améliorations pour le salon BrailleTech 

Pas d’amélioration. L’événement est très bien géré, que ce soit pour les malvoyants ou les accompagnants, tout le monde est pris en charge et à droit à une visite entière de l’événement.  

Quelles sont les différences que je relève par rapport à l’expérience à BelExpo ?

Pour le salon Braille Tech contrairement à Belexpo, il n’offrait aucune expérience interactive ni de guides.  

Quel lien fait-on avec nos cours ? Pourquoi ?

Le salon BrailleTech, étant axé sur la technologie pour les personnes aveugles et mal-voyantes reliaient plusieurs de nos cours. Dans notre branche la technologie est une partie intégrante de notre cursus.

De plus, nous faisons le lien avec le cours de plateforme collaborative. Quel est le lien? Il s’agit l’innovation car les personnes mal-voyantes et aveugles ne pourraient pas être assez autonome. Pourquoi?  Puisque sans la technologie de ces appareils pour les assister au quotidien cela serait compliqué.

Ensuite, de la même manière que dans le cadre de notre travail pour le cours Plateforme Collaborative. Nous devons penser à une innovation qui pourrait voir le jour dans 10 ans. Il y a des années des personnes ont fait la même chose en pensant à des appareils qui pourraient changer la vie de ces personnes.   

Jusqu’à en arriver à aujourd’hui ou nous apercevons des appareils tel que ceux présentés à la BrailleTech avec lesquels des personnes aveugles et mal-voyantes ont la possibilité d’être autonomes.

Ceci dans de diverses manières et voir qu’à l’heure actuelle une personne aveugle puisse écrire un mail seul sur un ordinateur grâce à un clavier spécifique est pour nous formidable. Ceci est donc une innovation et qui aide énormément de personnes dans ce secteur.  

 

Quels liens faisons-nous avec nos autres visite ?

Nous ne faisons aucun lien car le salon BrailleTech ne ressemblait en rien aux autres visites. Les technologies présentées n’étaient pas des installations artistiques mais bien des produits vendus. 

  

 

 Auteurs: Francisco Roberto, Porco Charlotte, Msimar Chirine 

 

 

 

 

Source :

BRUXELLES DIGITAL WEEK 2018. BRAILLETECH 2018 [en ligne].
18 octobre 2018. Disponible sur :  http://www.brusselsdigitalweek.be/event-uk-86 (consulté le 12 décembre 2018)

 

 

 

Creative Lab : Sortie Living Tomorrow

Living Tomorrow : Maison du futur

Source: Google images

Living Tomorrow est un salon qui présente un ensemble d’éléments technologiques voire futuristes. Elle a lieu à Vilvoorde, en Belgique. L’un des objectifs de l’exposition est de faire en sorte de montrer à quoi ressemblera l’avenir de demain.

A quoi pourrions-nous nous attendre à découvrir ou à utiliser comme nouvelles technologies d’ici une dizaine d’années. Comment vivrions-nous ou nous adapterions-nous à notre environnement ?

Comment réagirions-nous face aux différentes crises que nous connaissons encore à l’heure actuelle comme la fonte des glaciers. L’excès de l’usage des ressources naturelles que la Terre conçoit. La pollution excessive, les différentes catastrophes naturelles de plus en plus récurrentes ces dernières années. La disparation de certaines espèces animales, etc…

Cette exposition tente de répondre en partie à toutes ces questions. Le second objectif de Living Tomorrow est de faire en sorte de changer la vie et les emplois du monde de demain. Comment? Grâce à l’innovation et l’avancée de la technologie.  

Accompagné d’un guide nous nous sommes rendus dans plusieurs pièces avec chacune des thématiques différentes : présentation de camions autonomes équipés d’un ordinateur, d’un drone dans le cadre secourisme, l’agriculture, une cuisine intelligente (IA). 

Concurrents

Living Tomorrow est un endroit unique au monde fondé en 1995 qui existe depuis de nombreuses années. Pour l’instant, le concept étant différent de ce qui est présenter dans d’autres endroits, l’exposition n’a pas de concurrents. 

Pourquoi Living Tomorrow ?

 

Source: Google images

Il s’avère que nous n’avons pas eu la possibilité pour cette 2ème sortie de choisir notre lieu culturel à proprement dit puisqu’il nous a été gentiment imposé.

Mais cela reste sans plus dire, une exposition très intéressante même si faute de temps, nous n’ayons pas eu l’occasion de parcourir de fond en comble toute l’exposition. 

Public cible 

Living Tomorrow accueille plus de 150 000 visiteurs par an. Leur cible est un public très large, du fait qu’ils proposent des thèmes variés c’est ce qui attire à peu près tout le monde. Bien évidemment, les premiers concernés sont les personnes soucieuses et intéresser par le monde de demain dans différents secteurs.  

Source: Google images

Parmi ces personnes on retrouve des étudiants âgés de 14 à 22 ans qui sont environs 15 000 à visiter Living Tomorrow chaque année. Etant étudiants, nous faisons nous-mêmes partis de ce public et nous représentons en quelque sorte l’avenir de demain.   

La cuisine intelligente

Source: Google images

La cuisine de demain est  intelligente puisqu’elle est  dotée d’un frigo avec de nombreuses fonctions d’interactivités. Ensuite, cette cuisine possède notamment un système d’intelligence artificielle.

Alexa, est un assistant personnel intelligent qui répond à presque toutes vos questions grâce à une interaction vocale et qui saura effectuer plusieurs tâches comme jouer une musique, donner la météo et d’autres infos en temps réel.  

En plus d’Alexa cette cuisine a un frigo intelligent avec un grand écran tactile qui dès que vous rentrez dans votre cuisine avec des nouveaux produits les rajoutera automatiquement à votre panier.

En rajoutant à cela, qu’il pourra également vous donner des informations supplémentaires sur les produits comme son prix d’achat et vous pourriez même passer commande pour ces produits.  

Ce frigo vous aidera aussi pour la composition des aliments et vous dira jusque quand vos aliments sont toujours mangeables.

Et si vous êtes à court d’inspiration pour cuisiner, ce frigo vous donnera des idées de recettes en fonctions des aliments que vous avez dans votre frigo.   

 

La cuisine est grande donc prends beaucoup d’espace dans la pièce. Dès qu’on rentre ce qui nous frappe aux yeux c’est la blancheur de cette cuisine. La cuisine a été fabriquée avec des armoires dans des formes très originales. Comme toutes les pièces qu’on a visiter à Living Tomorrow on retrouve cet aspect futuriste dans toute sa splendeur.  

En voyant cette cuisine nous comprenons que la technologie aura d’ici quelques années une place beaucoup plus importante dans notre société qu’actuellement. A ce jour, la plupart des gens utilisent encore des cuisines normales et ne se doutent même pas qu’une telle cuisine existe.  

Cela évoque chez nous tout d’abord de l’admiration pour ces personnes qui ont inventé cette cuisine et qui ont pensé à toutes les interactivités possibles qu’on y retrouve.  

Source: Google images

Nous nous voyons aussi dans le futur avoir nous-même ou nos futurs enfants une cuisine intelligente. Peut-être que d’ici là ce sera devenu tellement normal que tout le monde en aura une et que les cuisines classiques resteront rares à voir.

Si on arrive à ce point-là, les prochaines générations ne connaîtront pas les cuisines classiques qu’on utilise maintenant (sans aucune technologie intégrée) et rien que d’y penser cela nous semble incroyable.  

C’est vrai qu’à voir comme ça nous trouvons cela positif mais restons un peu perspicace quant aux éventuels problèmes qu’il pourrait y avoir s’il y a trop de technologie. L’exemple que nous a donner notre guide sur Alexa qui est en quelque sorte sur écoute et la problématique autour des achats non-commandés comme ce qu’il s’est passé avec Burger King, peut inquiéter. 

Quel est le lien avec le digital ?

Cela se rapporte au digital car durant toute la visite nous avons pu découvrir de nouvelles technologies. Le but étant de montrer ce que la technologie peut changer/améliorer dans notre vie quotidienne dans différent secteur.

Nous avons pu voir à quoi ressemblerait le monde de demain si certaines choses subissaient une digitalisation.  

Enjeux éthiques et déontologiques 

Premièrement, l’un des enjeux que nous pouvons identifier est l’idée que toute information est à la portée de tous. Etant connecté quasi constamment aujourd’hui que ce soit sur les réseaux sociaux ou d’autres sites en lignes.

Ensuite, le danger est que tout le monde peut tout savoir sur tout à tout moment. L’information est accessible à tous et le risque d’attribuer cette masse d’informations à une intelligence artificielle est peu moral.  Nous pourrions envisager que dans le futur, ils puissent prendre des initiatives ou prendre des décisions sans le consentement de l’utilisateur par exemple. 

De plus, un autre enjeu que nous pouvions identifier est que de nos jours la technologie remplace de plus en plus la main d’œuvre. Dès lors, l’Homme se retrouvera à être de plus en plus fainéant et donc moins productif et entreprenant. 

Puis, une autre problématique est que le mot social pour les réseaux devient paradoxal. De nos jours il isole de plus en plus d’individus. Au lieu d’avoir de réels contacts avec des amis, des collègues ou des membres d’une même famille. La plupart des personnes privilégient des relations connectées au lieu de relations réelles. 

Enfin, une dernière problématique que nous pourrions souligner est qu’avec le développement de cette intelligence artificielle, certes nous en prenons avantage mais faudrait veiller à le garder sous contrôle. 

 

Technologies embarquées 

Ensemble de photos prise par Roberto & Chirine – 12/11/18
  • Un drone spécialisé dans l’administration des soins de 1ères urgences. 
  • Une cuisine intelligente + frigo intelligent grâce au système d’Alexa (intelligence artificielle). 
  • Le Leap Motion, une table de vin interactive, un robot humanoïde, une smart TV, des lits équipés. 

Quelles sont les pistes d’améliorations ?

La possibilité d’interagir directement avec les dispositifs interactifs afin de pouvoir les tester. De cette façon, on pourrait juger directement si la technologie qui nous intéresse et pour laquelle nous avons eu droit à des explications peut réellement répondre à nos besoins. 

Les différences par rapport à l’expérience à BelExpo 

Nous ne suivions pas un parcours particulier durant notre expérience à Living Tomorrow puisqu’un guide nous menait tout au long de notre visite contrairement à BelExpo où durant notre parcours quant à lui nous étions plus ou moins libre plus libre de choisir vers quelle activité nous préférerions commencer.  

Nous étions également en contact direct avec une technologie interactive durant notre exposition à BelExpo. Du coup, notre expérience était décuplée puisque nous étions pleinement plongés dans nos activités de manière ludique & interactive grâce aux différentes activités qui étaient proposées durant notre parcours (ex : rouler à vélo, répondre à une série de questions pour atteindre un but précis). 

Quel lien avec nos cours ?

Nous faisons le lien avec le cours de plateforme collaborative, puisque non seulement nous faisons en sorte de trouver plusieurs innovations qui pourraient avantager notre vie quotidienne mais nous trouvons également le moyen de toujours innover, et faire avancer la technologie.

Nous nous remettons perpétuellement en question sur des questions existentielles et cette réflexion nous pousse à la progression. De ce fait, nous pouvons dire que l’idée d’innovation que pousse à avoir le cours de plateforme de collaborative est un des liens avec les cours de cette année. 

Quel lien trouvons-nous avec nos autres visites ?

Sans hésiter, les différentes expositions à laquelle nous avons pu nous rendre. Quand? Durant notre année scolaire avec la classe d’EMU1 de l’ISFSC.

Pourquoi ? Puisque nous avons été directement en contact avec des professionnels du domaine multimédia comme les professeurs de l’ISFSC tel que Mme J.Robeet, Mme Anne Hérion, M.Beaupère et d’autres personnes chargées de nous guider lors de nos visites.

Durant par exemple l’exposition à BelExpo ou encore à Digital First (ou même Koezio dans un aspect plus ludique) où à la moindres de nos questions pouvaient être répondu. 

 

 

Auteurs : Francisco Roberto, Porco Charlotte, Msimar Chirine  

 

 

Sources : 

LIVING TOMORROW. Notre manière de vivre de demain dépend de ce que nous faisons aujourd’hui [en ligne]. Disponible sur : https://www.livingtomorrow.com/fr (consulté le 12 décembre 2018).

LIVING TOMORROW. Notre manière de vivre de demain dépend de ce que nous faisons aujourd’hui [en ligne]. https://www.livingtomorrow.com/fr/exploitation-agricole-du-futur (consulté le 12 décembre 2018).

LIVING TOMORROW. Notre manière de vivre de demain dépend de ce que nous faisons aujourd’hui [en ligne]. Disponible sur :  https://www.livingtomorrow.com/fr/experimentez/session-destinee-aux-tendances-de-demain (consulté le 12 décembre 2018).

 LIVING TOMORROW. Notre manière de vivre de demain dépend de ce que nous faisons aujourd’hui [en ligne]. Disponible sur :  https://www.livingtomorrow.com/fr/experimentez/atelier-de-travail-innovation (consulté le 12 décembre 2018).

 

 

 

  

 

 

 

Plateforme Collaborative : Commande 1

Le futur de l’apprentissage : Hologrammes Professeurs

Source: Google images

Dans un monde ou les enseignants sont lasse d’un manque cruel d’apprentissage, d’élèves inappliqués, inattentif, une solution s’ouvre aux écoles désireuses d’un nouveau souffle d’inculquer à leurs élèves.

Un hologramme complètement digital et réactif, remplaçant le professeur. Pré-enregistrer par ce dit professeur, le cours est donner en classe et les élèves plus assidus d’apprendre par une machine technologique.

L’origine de l’idée

Quels sont les problématiques que nous rencontrons beaucoup pendant nos années scolaires ?

L’absentéisme des professeurs. De plus en plus d’enseignants sont absents tout au cours de l’année scolaire. Comment pourrait-on remédier à ce problème ?

Un hologramme qui ne prendrait pas entièrement la place du professeur et qui lui ferait garder sa place d’enseignants dans l’institut. Le manque de motivations et concentration des élèves est aussi une problématique importante à souligner.

L’hologramme professeur

Source: Google images

Le monde scolaire n’a pas changé depuis son invention (pas tellement, les bases sont restées), et d’années en années nous remarquons un déclin d’attention venant des deux parties, les professeurs et les élèves.

 

 

Source: Google images

L’hologramme donne un regain de motivation et une envie de changer les règles préétablies depuis bien trop longtemps.

En quoi cette innovation pourra apporter une expérience positive ?

Les professeurs auront du répit pour repenser à leur choix/décision de devenir enseignants et pourront se concentrer sur leur décision ou non de continuer à enseigner. Tandis que les élèves auront une toute nouvelle approche d’un professeur et seront confronter à une méthode jamais vue.

De nos jours, les jeunes sont de plus en plus accrochés à la technologie. Ceci, dans presque tous les domaines. A l’école, la plupart viennent en cours avec leur PC. L’hologramme est seulement une suite logique à ce monde qui devient de plus en plus digital. C’est quelque chose de nouveau qui attirera les jeunes déjà habituer au digital dans leur quotidien.

En donnant donc envie aux étudiants d’écouter le cours ça leur permettra d’être plus concentrés sur la matière donner. Puis, bien évidemment s’ils sont plus concentrés, ils assimileront plus facilement la matière et finalement réussiront mieux leur examen. Tout cela, est un apport positif autant pour les élèves que pour les professeurs et institutions.

Ce qui ne change pas

L’apprentissage est la cible principale dans cette innovation et l’école n’est que question d’apprentissage. Les élèves auront leurs heures de cours et le programme reste le même, juste donner d’une manière différente.

Source: Google images

 

Rien n’est figé dans la vie, tout est en évolution, en révolution, en éternelle transformation. Donc on parle ici seulement de faire évoluer l’enseignement. En aucun cas nous parlons de changer radicalement les méthodes d’apprentissages.

 

Ce qu’a dit monsieur Levillez durant notre interview reflète bien l’idée autour de ce sujet :

« Il faut aussi savoir évoluer avec les nouvelles technologies on est passé du tableau noir à la craie à un tableau interactif avec stylet ou même manuel. Voilà, on s’adapte à la technologie et on l’utilise de façon à améliorer l’apprentissage et la réflexion de l’étudiant. »

Interview

Ceci est la retranscription en écrit de notre interview avec Monsieur Levillez, professeur en Psychopédagogie à la Haute Ecole Francisco Ferrer :

  • Pourriez-vous envisager de pouvoir enregistrez vos cours chez vous, filmez par une caméra pour qu’ensuite ils soient diffusés en cours sans votre présence ?

Donc je réponds directement oui. C’est quelque chose qui est envisageable, c’est quelque chose d’assez moderne et je veux dire en Europe ou en Belgique peu utiliser. Mais oui, je peux très bien me retrouver chez moi me faire enregistrer, me faire filmer et utiliser ce support à bon escient après dans le cadre d’un cours oui. 

  • Pensez-vous qu’une telle chose puisse être possible ? Et si oui, comment les élèves réagiraient ? Si non, pourquoi ?

Alors oui, c’est tout à fait possible et les élèves oui réagiraient bien mais comme j’ai déjà dit dans votre première question je crois qu’il est important de trouver l’utilité et le moment propice à l’utilisation d’un hologramme. C’est un plus, c’est comme quand on doit chercher dans un dictionnaire ou sur internet et bien l’hologramme peut servir de référence. Donc, à nous d’adapter nos habitudes pour rendre l’utilisation de l’hologramme efficace. 

  • Quelle est votre première pensée quand on évoque un hologramme ?

Je pense à la princesse Leia dans Star Wars, parce que la première fois que j’ai vu un hologramme c’était pour son appel de détresse quand elle était perdue dans l’espace. 

Mais, j’ai aussi entendu des expériences aux Etats-Unis ou un prof ou un étudiant venait avec un ordinateur portable :  il ouvrait l’ordinateur portable et branchait l’hologramme et donc on avait le professeur qui donnait son cours.

Alors à ce propos, je dirais quel est l’intérêt d’avoir le professeur en visuel alors qu’il pourrait très bien parler et on pourrait l’entendre comme une émission radiographique. Moi, je pense que le fait d’avoir du visuel, d’avoir les gestes ça apporte un crédit supplémentaire à ce qui est dit au niveau de la matière en elle-même.

De même qu’avec l’hologramme on peut ajouter des supports et donc montrer une image, montrer un procédé chimique ou autre en plus.

  • Pensez-vous qu’une telle invention ait sa place dans l’enseignement scolaire ?

Oui évidemment,  je pense que ça a sa place. Le tout est de pouvoir l’utiliser à bon escient je prenais l’exemple du dictionnaire, je prenais l’exemple d’une recherche sur Wikipédia, je pourrais prendre l’exemple de l’utilisation d’un smartphone ou autre. 

Dans l’enseignement tout a sa place, le tout est de l’utiliser « j’utilise toujours le mot à bon escient » ça veut dire qu’on doit utiliser cet outil ou ce produit dans un contexte pour que sa ait un sens et pas hors contexte : une simple reproduction de copier-coller. Non, c’est une référence comme une autre que l’on peut utiliser. 

  • Pensez-vous pouvoir être épanouie dans votre travail si les hologrammes prenaient une place plus importante dans le monde du travail ?

Alors là, je ne sais pas vraiment vous répondre. Pourquoi est-ce que je serais plus épanouie si je ne suis pas présent ? Justement, moi je trouve que le présentiel est important parce que je peux réagir spontanément et directement à l’intervention d’un étudiant quand y a une question. 

Le fait d’avoir un hologramme c’est comme si on filmait, c’est comme un film. Et donc, il n’y a pas d’interaction rapide et efficace. Ici, je suis sur le terrain je parle, je vois dans les yeux d’un étudiant une incompréhension :  je m’arrête et je reprécise. Tandis que le fait d’avoir enregistrer tout un cours ça ne me permettrait pas beaucoup d’attitude et de réajustement. 

  • Vu la place importante que prends la technologie actuellement dans notre société comment pensez-vous que cela pourrait impacter l’enseignement et entre autres votre métier d’enseignant d’ici 10 ans ?

Je pense que l’impact sera minime parce que ça fait partie d’une évolution générale et je pense de nouveau qu’on va passer par des moments « d’essais-erreurs » et qu’il va y avoir des cours pré-enregistrer sous forme d’hologramme qui vont exister. Et ce ne sera jamais qu’un petit plus ou qu’un outil supplémentaire et différent comme il y’en a toujours eu. 

Je pense que l’enseignement ne va pas se modifier plus que ce qu’il ne l’est. On va simplement utiliser je reprends le mot à bon escient la technologie. On a besoin d’un hologramme de deux minutes pour un cours ex-cathedra parce qu’on le fait à tel moment et on l’utilisera à tel moment.

  • Pensez-vous que changer certaine pratique de l’enseignement soit nécessaire? Ou au contraire préférez-vous garder les méthodes actuelles ?

Il faut à la fois garder ce qui est bon et changer. Ce qui veut dire, qu’il y a un ensemble de pratique qui sont classiques et qui ne sont pas à jeter. Parce que comme je disais, un enseignement frontal avec auto-réaction par rapport à ce que l’étudiant dit c’est important. 

Parce que c’est ça qu’il ne faut pas oublier, l’étudiant ce n’est pas un réservoir à savoir c’est quelqu’un qui doit réfléchir. On doit pousser la réflexion et tout ça, se sont des outils qui vont l’aider à plus réfléchir.

Voici le lien de notre interview audio  : https://soundcloud.com/chirine-msimar/interview-plateforme-collaborative/s-37V0b

Visual thinking

Point de vue de l’utilisateur

 

  • Professeur : Un site est donner et le cours doit entièrement être retranscris en parole. Après l’enregistrement, l’hologramme est programmé pour ce cours, si jamais il y a des données à changer, à tout moment le professeur peut le modifier sur le site qui fera une notification sur l’hologramme.

 

  • Ecole : L’école reçoit l’hologramme et un site sur lequel le professeur doit enregistrer son cours. Une fois la notification de l’enseignant reçu, l’hologramme est prêt pour le cours.

 

  • Etudiants : Dans toutes les classes le matériel approprié pour pouvoir projeter l’hologramme est mis en place. Le déclenchement de l’hologramme se fait à distance par l’enseignant lui-même ou un responsable designer auparavant pour cette tâche.

Cela se fait via le même site internet ou les professeurs auront préalablement enregistrer leurs cours. Seulement un administrateur (professeurs ou responsable) aura accès au portail privé pour pouvoir déclencher les hologrammes. A distance, l’hologramme se déclenchera en fonction du local communiqué aux étudiants pour le cours en question, du professeur et du cours approprié.

Voici un petit exemple pour pouvoir mieux comprendre : Julien a cours d’histoire de l’art à 14h00. Il rejoint tous ses camarades en classe à 13h55. A 14h pile, l’hologramme du professeur se déclenchera et leur séance de cours débutera.

Quels sont les bénéfices de notre innovation ? 

Grâce à cette innovation, les professeurs qui doivent s’absenter pour certaines raisons sauront tout de même donner leur cours aux élèves via l’hologramme.

Ceci, évitera donc des quelconques retards qui auraient pu être causés pour la matière. Un autre avantage de l’hologramme professeur est que ça permettra de pousser plus loin la réflexion des étudiants. Ce qui peut entraîner de meilleurs résultats scolaires.

Aspects éthiques et déontologiques

Cette innovation est conçue pour être dans les règles éthiques et déontologiques, tout est pensé pour.

Le professeur est payé aux heures de cours enregistrés, il est toujours présent pour répondre aux questions des élèves (par mail). Le professeur donne cours et son hologramme ne le remplace pas totalement.

Test à petite échelle

Nous avons effectué notre test sous forme de questionnaire via Google Forms. Notre public était les étudiants de l’enseignement supérieur. Pour être plus précis, les étudiants de notre test sont âgés de 18 à 26 ans. Tous étudiants dans une université ou haute école de la région de Bruxelles.

A travers ce questionnaire nous avons pu voir les différents avis de chacun par rapport à « l’hologramme professeur ». Une de nos questions les plus importantes était de savoir qui est pour et qui est contre cette innovation.

Ci-dessous, vous pouvez apercevoir le diagramme montrant les pourcentages des différentes réponses pour cette question. 58,8% des personnes ayant remplis le questionnaire sont pour cette innovation et 41,2% contre. pastedGraphic.png

Les avis sur le sujet sont mitigés. Bien que la majorité sois pour cette technologie la différence de pourcentage reste tout de même grande. Ce qui veut dire que parmi les étudiants que nous avons interrogé pour notre test à petite échelle « l’hologramme professeur » n’a clairement pas fait l’unanimité.

Quant aux raisons de leur choix, nous pouvons voir que dans les 58,8% d’étudiants qui sont pour « l’hologramme professeur » la plupart le sont car selon eux c’est quelque chose de nouveau et innovateur. Venons-en aux personnes qui eux sont contre cette innovation. Parmi ces étudiants, la majorité est contre car ils trouvent que dans l’enseignement le contact humain intégrale avec le professeur doit rester.

Bien que selon eux le contact humain prime. 17,7% des personnes qui sont contre l’idée de « l’hologramme professeur » pensent tout de même que l’enseignement supérieur tel qu’il existe aujourd’hui à bel et bien besoin d’évoluer. Les détails de cette analyse se trouve sur le diagramme ci-dessous issu de notre questionnaire.

Au total, 23,5% d’étudiants de notre test sont contre notre innovation et également contre une évolution quelconque dans l’enseignement supérieur. Ils sont donc satisfaits des méthodes d’enseignements actuelles et malgré l’ampleur que prend la technologie tout autour de nous selon eux l’enseignement ne devrait pas changer.

Nous devons souligner que le nombre de pourcentage de femmes ayant répondu à notre questionnaire est de 82,4%. Est-ce que le résultat de notre test aurait été différent si plus d’hommes y aurait répondu ? Nous ne le savons bien évidemment pas mais cela reste une possibilité.

Pour conclure, le résultat final de notre test sur notre public cible est positif. Puisque la majorité est pour cette innovation et pour une évolution de l’enseignement.

 

 

 

 

Auteurs: Chirine Msimar et Charlotte Porco

 

 

Sources:

https://www.picoku.net/tag/hologramme

https://www.emaze.com/@AQQRQFCL

 

 

Métiers du Digital : Fiche Métier

Fiche métier : Motion Design

 

Premièrement, nous avons décidé de nous intéresser au métier de Motion Design. Ce nom de métier se prononce de cette façon autant en français qu’en anglais.

De plus, on retrouve également d’autres synonymes comme Motion Graphic, Graphic Design, Design Animé ou encore de Design d’Animation.

Source: Google

 

Qu’est-ce que le métier de Motion Design ?

Le métier de Motion Design consiste à transmettre une série d’informations. Dès lors, cette série d’informations peut être soit en 2D ou en 3D grâce à un ensemble d’éléments multimédias comme les photos, vidéos, sons, textes…

Source: Google

Ce métier requiert beaucoup de créativité et un certain savoir-faire sur des logiciels utilisé spécifiquement dans ce métier tel que Photoshop et/ou Illustrator. 

 

Description détaillée

De plus, le métier de Motion Design est ce que l’on peut considérer aujourd’hui comme l’aptitude de donner vie au graphisme grâce à une multitudes de connaissances en multimédias et de l’audiovisuel.

Source: Google

D’innombrables spécifications existent quant au but d’une animation. Elle peut être dirigé dans le cadre de l’animation d’éléments 3D ou 2D, d’animationd’illustrations (des vidéos, des images, du son, du texte, etc…), d’interfaces graphiques, de sites web…

Vous l’aurez donc compris, il est possible de réaliser de nombreuses fonctionnalités dans le cadre du métier de Motion Design. Un métier où on ne se limite guère à une activité ! 

 

Mission : l’objectif du métier 

Le principal objectif du métier est d’avant tout communiquer une série d’information à un public ciblé. A différence près que cette information au lieu d’être principalement rédigé à l’écrit comme les journalistes ont coutume de le faire.

Source: Google

Elle sera réalisée au travers d’un ensemble de médias comme une vidéo, du texte, des images, des effets spéciaux, des sons dans le but de rendre cette même information autant attractive à l’œil du public qu’instructive.

 

Activités principales 

  • Créer
  • Innover
  • Informer
  • Amuser
  • Sensibiliser

 

Les compétences requises pour être Motion Designer 

  1. De la créativité pour avoir un univers graphique de bonne qualité ;
  2. Du savoir-faire sur des logiciels comme Illustrator et/ou Photoshop ;
  3. Être curieux des dernières nouveautés ou fonctionnalités possible dans ce métier ;
  4. De la rapidité quant au message qui veut être véhiculé ;
  5. Du dynamisme pour ne pas ennuyer votre public ;
  6. Un bon niveau d’anglais ;
  7. De la discipline afin d’obtenir une animation simple à comprendre.

 

Les qualités humaines requises 

Les qualités humaines requises pour ce métier sont :

  1. Être à l’écoute ;
  2. Être ouvert d’esprit (pour entretenir une bonne compréhension et relation avec un client) ;
  3. Savoir recevoir des critiques et prendre le bon du mauvais pour s’améliorer ;
  4. Savoir sortir de sa zone de confort pour toujours évoluer dans le métier de Motion Design ;
  5. Un bon esprit d’équipe (leadership).[1]

 

Quelles sont les possibilités d’évolution ? 

  • En interne :

Rmq :  Il faut cependant multiplier les stages et les projets afin de récolter plus d’expérience et de se faire un réseau de contacts important, pour cela il est possible de :

  1. Travailler au sein d’une entreprise de réalisation de films de présentation au sein d’un studio de création ;
  2. Travailler pour une société de production ou une chaîne de télévision ;
  3. Devenir directeur artistique ;
  4. Travailler à son compte en créant son propre studio de création. [2]
  • En externe :
  1. Ensemble des contacts (amis, famille, collègue, etc…)

 

Notre définition d’un professionnel du multimédia 

Source: Google

Tout d’abord, un professionnel du multimédia est selon nous, une personne capable de transmettre une ou une multitude d’informations à un émetteur, un client, à un public ciblé.

Ensuite, cette transmission d’information se réalise de manière interactive au travers d’un ensemble de techniques de graphisme liant l’aspect vidéo, son, image/photo, effets spéciaux.

Le but est de rendre cette transmission d’informations autant agréable que compréhensible lors de son visionnage.

 

L’interview avec Brice

Tout d’abord, dans le cadre de ce travail, nous avons dû interviewer un professionnel du métier. Nous avons donc pris contact avec Brice un Motion Designer indépendant et qui travaille aussi avec le collectif Tout va bien.

Vidéo YouTube du collectif:

[3]

Capture d’écran de leur site internet : 

 

Enfin, l’interview s’est déroulé au centre Dansaert, le lieu de travail de Brice car il y loue un espace de coworking. Nous vous invitons  à écouter notre interview via le lien qui se trouve ci-dessous :

https://soundcloud.com/roberto-francisco-13/interview-motion-design/s-dPjAj

 

 

 

 

Auteurs:  Roberto Francisco., Chirine Msimar. et Charlotte Porco.

 

 

 Sources :

[1] STUDYRAMA. Motion designer [en ligne]. Studyrama, 17/06/2014, 12/10/2017. Disponible sur : https://www.studyrama.com/formations/fiches-metiers/multimedia/motion-designer-95081 (consulté le 02 décembre 2018)

[2] STUDYRAMA. Motion designer [en ligne]. Studyrama, 17/06/2014, 12/10/2017. Disponible sur : https://www.studyrama.com/formations/fiches-metiers/multimedia/motion-designer-95081 (consulté le 02 décembre 2018)

[3] TOUTVABIEN. Esperanzah! annonce le lancement Tout va bien, le nouveau web média vidéo. In : TOUTVABIEN. Youtube. [2 :06), 30 avril 2018. Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=J-lOQYs4fp0&t=30s (consulté le 02 décembre 2018).